4

5 étapes simples pour créer une musique dont tu seras fier

5 étapes pour créer une musique - Image de l'article

Tu te perds dans la création de ton morceau?

Tu ne comprends pas certaines étapes comme le mixage ou le mastering?

Au départ, c’est normal.

Car le processus n’est pas compartimenté comme dans l’industrie des studios pros:

  • un compositeur
  • un arrangeur
  • un ingé mixage
  • un ingé mastering, etc.

-> 1 rôle. 1 personne.

En home studio, nous sommes plutôt en mode artisans

…on fait tout nous même.

Et quand on débute, on peut être tenté de griller certaines étapes ou de ne pas les faire dans le bon ordre.

Bref, de tout mélanger… et te retrouver piégé à tâtonner et douter de tes capacités à créer.

C’est pourquoi je voulais éclairer pour toi ces 5 grandes étapes pour créer une musique à travers un autre art que tu as sûrement déjà testé:

…le dessin

On va comparer ensemble la création de ta « Home music » avec celle d’un dessinateur qui crée sa « Home BD ».

—> Tu auras ainsi une idée plus palpable des grandes étapes à suivre pour créer la musique de tes rêves.

À commencer par tes 1ers coups de crayon…

1) La composition

Ici, tu vas chercher, esquisser, défaire, refaire, et recommencer jusqu’à trouver tes 1ères idées fortes.

Une étape où exprimer toute ta créativité

Comme pour tout art:

  • Soit tu es inspiré et les idées te viennent toutes seules.
  • Soit tu n’es pas inspiré et c’est comme démarrer avec le frein à main enclenché: c’est plus long et ça sent la fumée.

Bref, la phase “croquis au crayon à papier” du dessinateur.

Cette étape qui verra défiler plusieurs versions de ses personnages principaux et un tas de boules de papier déborder de sa corbeille.

C’est aussi la phase où il va se demander quoi raconter avec ses personnages et faire une 1ère ébauche de sa BD.

Même chose pour toi

Tu dois essayer ici de trouver les éléments principaux de ta future oeuvre, tout en te demandant ce que tu veux exprimer à travers elle.

Une étape très importante dans laquelle tu dois veiller à ne garder que les idées qui méritent d’être développées.

Car tu veux partir sur des fondations solides

Une base faiblarde te donnera une musique bancale que tu n’oserais même pas faire écouter à ton vieux chat (qui pourtant est sourd).

Grosse perte de temps.

Donc crée et choisi ici les idées fortes à développer.

Et on passe à la suite.

2) L’arrangement

Ici, tu:

  • développes les différentes sections de ta musique (couplet, refrain, etc.)
  • travailles leurs transitions

Tu vas donc apporter d’autres couleurs sonores, un déroulement logique, du suspense, de l’émotion, diriger l’attention et varier en énergie.

Pour que ton morceau soit complet et envoute tes auditeurs du début à la fin.

Une phase souvent survolée et pourtant cruciale

C’est le carrefour entre composition et mixage.

Et un mauvais arrangement est quasi impossible à rattraper.

C’est pour cela que des ingénieurs mixage reconnus avouent ne pas pouvoir faire grand chose devant un morceau mal arrangé.

Comprendre l’arrangement

Pour notre dessinateur, c’est le moment où il va ajouter du décor, des détails, du relief, de la couleur et dérouler l’histoire complète de sa BD.

On passe de quelques planches au crayon à papier à une 1ère version couleur de son oeuvre.

Pour toi, ce sera le moment d’ajouter d’autres couleurs sonores pour créer des sections complètes (comme par exemple ce shaker au dernier refrain qui apporte un regain d’énergie).

Tu devras tout bien agencer et huiler les transitions pour avoir une musique complète et la plus efficace possible.

Une version maquette que tu seras déjà fier(e) de faire écouter.

3) L’enregistrement

Composer et arranger en utilisant des séquences MIDI te donne l’avantage de pouvoir retoucher la hauteur d’une note ou son placement de manière très rapide.

Cela te permet aussi d’avoir des couleurs d’instruments que tu ne maitrises peut-être pas toi même: batterie, basse, ensemble de violons, etc.

Mais cela ne suffit sans doute pas

Car certains éléments d’un arrangement ne ressortent pas bien en MIDI. Comme par exemple les voix, les guitares, les trompettes, etc…

(Ou alors, il te faut de très bons instruments virtuels si tu veux que ce soit un minimum convainquant)

Donc, en général, tu auras besoin d’enregistrer toi-même tous ces éléments qui ont beaucoup de caractère et d’inflections dans leurs jeux.

Ils seront tout de suite beaucoup plus vivants et réalistes.

On continue l’analogie

Ici, le dessinateur va repasser certains traits au stylo noir et figer la couleur au feutre.

Toi, tu devras t’appliquer à faire des prises propres et surtout à être en rythme. (2 aspects qui demandent du temps pour être rattrapées par la suite)

Tu devras aussi te placer dans une bonne énergie en tant qu’interprète pour enregistrer la meilleure prestation possible.

Une fois cette étape finie, ton arrangement sera complet et tu pourras alors passer à cette terrifiante étape…

4) Le mixage

Tu en entends tout le temps parler sur la toile. Mais à quoi sert-il exactement?

On peut lui donner plusieurs interprétations. Pour moi, le rôle du mix, c’est:

Faire cohabiter toutes tes pistes entre-elles pour que ton auditeur en ait la meilleure écoute possible.

Tu vas ainsi:

  1. corriger les défauts
  2. magnifier les points forts
  3. porter l’attention de l’auditeur sur ce qui doit être écouté, à chaque instant

Avec des outils spécifiques, mais pas que…

Car le gros du mix part d’un bon équilibre de volumes de tes pistes. Juste en touchant les faders, ces glissières que tu vois sur les consoles de mixage.

C’est seulement ensuite que tu vas dégainer tous ces effets bizarres (dont les équaliseurs et compresseurs sont les bistouris main gauche/main droite du chirurgien.)

Une étape de finalisation

Pour notre dessinateur, il s’agira de gommer les traits de crayon restants, scanner sa BD et la retoucher sur photoshop pour ajouter des effets. (flou de profondeur, dégradés de couleur, etc..)

Pour toi, il s’agira de corriger les bruits indésirables de prise de son, de placer des effets de profondeur, de mettre en avant les éléments importants, de faire en sorte que les différents éléments ne se gênent pas, etc.

A la fin du mix, ta musique devient un tout uni dans lequel chaque piste trouve sa place dans l’ensemble.

Par contre, cette place varie en fonction du style

Par exemple: une guitare acoustique n’aura pas la même place dans un mix folk acoustique que dans un mix rock.

  • Mix Folk: elle occupera le 1er plan avec la voix.
  • Mix Rock: elle pourrait par exemple être relayée à juste quelques touches pour ajouter une couleur d’ornement.

–> Il te faudra considérer le style de musique que tu veux faire: cela influe beaucoup sur le rendu de ton mixage.

Et une fois le mix fini?

Eh bien, on passe à cette autre étape qui pleure accroupie avec de la morve jusqu’aux yeux.

…car trop souvent incomprise.

La piste “Master”, ici à droite

5) Le mastering

(Encore un terme embué de mystère… alors que pas du tout en fait)

Sur ta console virtuelle, le son de toutes tes pistes se mélange dans une dernière piste, dite « Maitre », avant de sortir sur les enceintes.

C’est le bas de l’entonnoir sonore, si tu veux.

Cette piste s’appelle souvent « Master », « stereo out » « mix bus », etc. Cela dépend des logiciels.

Les dernières retouches de l’oeuvre entière

C’est donc sur cette piste dite « Master » que l’on va agir pour corriger le mix dans son ensemble. (d’où le nom “mastering”, rien d’exceptionnel)

On va y mettre des effets pour que ton mix sonne assez fort, corriger son timbre général et éventuellement sa largeur stéréo pour qu’il soit au même standard que les autres musiques du marché.

C’est la phase d’édition de la BD

Chaque dessinateur peut créer une BD chez lui, la scanner et la retoucher sur son ordi. Mais pour vendre son bouquin, il ne pourra pas juste l’imprimer et le placer sur les étagères d’un libraire comme ça.

Son oeuvre n’est pas formatée pour la vente.

Il lui faudra alors passer par un éditeur qui imprimera le manuscrit avec papier de qualité et couverture glacée bien propre.

A ce moment là, son oeuvre sera au bon format pour être posée sur l’étagère.

C’est pareil pour tes musiques

Si tu veux les distribuer sur des plateformes en ligne, il te faudra être à un certain volume et que le timbre de ton morceau corresponde bien à ce qui est commun dans ce style.

Sinon, tu risques de sonner différemment et faire tâche dans une playlist.

(un peu comme si je faisais une photo de groupe entouré de rugbymen… regarde ma photo sur la page à propos , tu comprendras)

Il faudra aussi que ta musique puisse s’écouter sur tous les différents supports de tes auditeurs. (des petits écouteurs aux grosses enceintes hi fi, en passant par le casque et les enceintes bas de gamme de PC).

—> C’est tout cela le rôle de l’étape de mastering.

T’assurer que ton produit fini survive bien à l’épreuve du monde extérieur.

Le mastering ne remplace pas un mauvais mixage

Comme on agit sur le mix entier, tu ne pourras pas rattrapper certaines erreurs de mix.

C’est comme en cuisine. Si tu as mixé ton potage avec trop de sel dedans, ce sera très difficile de l’enlever à l’étape d’après.

Donc si une piste est trop forte par rapport à une autre par exemple, n’attend pas le mastering… tu vas t’arracher les cheveux. Reviens au mix et bouge ce fader de volume: problème réglé en 2mn.

Encore une fois: respecte bien chacune des étapes.

C’est ainsi que tu avanceras correctement.

Et OUI, créer une musique complète en home studio est à ta portée

J’espère que cette analogie te parlera et qu’elle te permettra de mieux identifier les grandes étapes pour créer une musique.

Je l’ai choisie car tu as sûrement déjà été cet artiste un crayon à la main dans tes jeunes années. (au moins pour les 1ères étapes)

Et tu as la capacité de faire exactement pareil avec tes sons et tes mots

Donc voici un petit récapitulatif à garder à l’esprit:

  1. esquisse tes 1ères idées sonores et retiens les plus fortes
  2. agrémente-les de détails, de couleurs et déroule une histoire complète
  3. fige de belles prestations de tes instruments réels et voix
  4. corrige et magnifie ton oeuvre
  5. mets lui un costume 3 pièce de rigueur pour sa grande sortie

C’est à toi maintenant

Tu peux créer chez toi une musique dont tu seras fier et t’y mettre dès aujourd’hui.

Des millions de home studistes y arrivent: tu peux le faire aussi.

Il te suffit de suivre ces 5 étapes, et de garder en tête leurs rôles.

…sans te mélanger les pinceaux 😉


Comme d’hab, on continue la discussion dans les commentaires si ça t’a plu ou que tu as une remarque.

Déjà, cela me fera très plaisir d’échanger avec un vrai humain(e), mais en plus tu soutiendras mon travail en offrant un meilleur référencement à cet article.


Crédit photos (dans l’ordre): Alexandru Petre, Garageband, AxxLC, ErnestDavies, alisaapps, Amir Boucenna, Emilie Farris et Susie Bailey.

Julien Moulinié-Chaumel
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique.

Click Here to Leave a Comment Below 4 comments
Véronique tam-tam

Bonjour Julien;

un immense merci pour ta passion que tu nous partage fidèlement.

tu n’oublie ni les détails, et nous explique pas à pas…

ton message est clair, parfois drôle, et il n’est pas fait avec des mots techniques ou tu comprends que là, tu as été téléporté quelques part… mais ou? 😀

merci pour tes conseils et excellente fin de journée à toi

*bonne composition à vous tous !*

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Merci Véronique!
    (ahah “téléporte”, c’est un peu ça oui parfois)
    Bonnes compositions 🙂

    Reply
Océane

Encore un super article ! Merci !

Pour ma part, quand je bloque un peu pendant la phase composition, je fais des mini bouts de mix, pas grand chose, juste une petite balance des volumes et un ou 2 effets sur un son pour changer sa nature sonore. Et hop, la machine à composition peut reprendre !

Bonne création à tous!

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Merci Océane 🙂
    Oui, triturer et rendre plus vivant un son avec des effets est un excellent moyen de retrouver de l’intérêt pour sa création.

    Reply

Leave a Reply: