39

9 astuces d’experts US qui te rendront meilleur en mixage audio (1437 pages lues)

Image de l'article 9 astuces d'experts US qui te rendront meilleur en mixage audio

Allez, pourquoi tu boudes…

Je ne suis parti que 5 mois.

Ah, j’ai oublié de te dire où j’allais?

Oups… milles excuses.

Bon. Imagine une petite pièce toute blanche.

Dedans: Un petit lit. Un bureau vide. Une chaise. Une ampoule.

(mais sans barreaux aux fenêtres, ni matelas aux murs. Je te vois venir…)

Le lieu idéal pour un entrainement intensif hors de l’espace et du temps…

L’objectif?

Crucifier notre enemi juré, à nous les home-studistes. Celui qui nous a tous déjà plié d’un direct au foie… siii, tu le connais bien:

Le mixage audio

15 ans que je l’épie sous tous les angles, qu’on se frôle, qu’on se jauge. Mais il ne m’a pas encore laissé la moindre ouverture pour lui porter le coup de grâce.

–> Il fallait que je devienne meilleur. En apprendre plus à son sujet. Pour le faire plier à son tour.

Alors oui… J’ai fait ce que chacun d’entre nous aurait fait:

S’enfermer à double tour dans une chambre digne d’un monastère Franciscain pendant 5 mois, avec un pichet d’eau, un stock de nouilles déshydratées et une pile de gros bouquins sur le sujet.

Et j’ai lu.

1437 pages.

(en anglais, pour plus d’exotisme)

Voici ce qu’il en est ressorti…

L’entrainement intensif (un poil romancé) + Résultats audio

Image Pile livres bureau Julien

De l’extérieur, des passants ont témoigné d’une âpre odeur de cerveau crâmé. Certains se sont même offusqués de sortes de ricannements nerveux, provenant, selon leurs dires, d’un d’animal en perdition.

C’était la phase Apprentissage, la théorie.

Puis ce fût l’heure du “crash-test”, la pratique. Chaque précieux conseil mis à l’épreuve sur mes propres musiques. Un-à-un. Afin d’affuter encore et encore ma propre méthodologie.

5 mois plus tard, c’est un tout autre homme qui a rouvert la porte.

Mes cheveux avaient poussé. Mon regard avait changé. J’avais besoin de me laver.

Entre les post-it retapissant les murs et les ouvrages en vrac, cornés et grifonnés… ce temple immaculé de la réflexion ressemblait désormais à une salle d’enquête de mauvaise série policière.

Mais le résultat est là.

J’ai repris de zéro les mixages de morceaux faits il y a 2 ans.

Voici un montage d’extraits AVANT/APRÈS de l’un d’entre eux, pour t’aider à mieux comparer:

Améliorations principales du nouveau mix:

  • présence de la voix, des instruments lead et des choeurs
  • clarté générale
  • séparation des différents éléments
  • profondeur et stéréo
  • punch et sonorité de la caisse claire

L’ancien mix, même s’il avait la fougue du « son garage », sonnait maquette dans une playlist. Le nouveau mix est sur ce plan là un bon cran au dessus niveau qualité à mon goût.

Et c’est pour cette raison qu’aujourd’hui, je souhaite te confier ces éléments clés qui ont transformé ma façon de mixer.

Alors voici, traduit et illustré, l’héritage de ces grands Sensei du mixage.

En 9 points essentiels.

Astuce 1: Une intro rentre dedans

(Astuce inspirée du livre: Guerrilla home recording)

En début de morceau, on évite d’envoyer la fanfare au grand complet. Un 1er élément, puis un autre. Petit à petit le morceau démarre, comme la diesel à mamie.

Problème: ton intro sonnera moins fort que le reste du morceau…

Et c’est gênant car les musiques pro commencent toutes par une intro à bon volume, même avec peu d’éléments. Alors pas le choix: tu dois faire pareil… Sinon à côté d’eux, ton morceau te fera aussi honte que ton pote en baskets/jogging à cette fameuse soirée de gala.

Malaise.

Idem en musique: les gens jugent sur leur 1ère impression, l’intro. Sauf qu’ils le font le doigt posé sur le bouton “next”…

Alors comment faire?

Eh bien une solution toute simple consiste à ajouter une automation de volume sur la piste Master de ton projet: quelques dB en plus pour gonfler l’intro. Ensuite, dès que le gros de la cavalerie déboule, tu reviens à un niveau normal.

 

Image automation volume de l'intro

Fais en sorte que ce soit le plus subtil possible: tout en courbes progressives et légèreté des réglages. (Laisse parler ton côté féminin si t’es un gars. On ne te jugera pas)

–> Une astuce toute simple et incontournable pour montrer que ton morceau en a dans le pantalon, dès le départ.

La suite? On va réveiller ta batterie à grands coups d’électrochocs.

Astuce 2: Muscler ta batterie

(Astuce inspirée du livre: Guerrilla home recording)

En home studio: Samples de batterie = raccourci malin.

Le rendu est plus propre et plus rapide à obtenir que de:

  1. sortir sa palanquée de micros et bien les placer
  2. calfeutrer ses murs
  3. faire hurler les voisins à bourriner sur sa batterie

Le hic, c’est que les samples ça peut vite sonner plat et sans vie.

Car OK… tu as soigné le feeling et ajouté des variations pour l’humaniser à fond. Déjà: bravo, ça c’est du sérieux.

Mais à l’étape mixage, tu peux faire encore mieux:

Booster l’intensité du jeu de la batterie.

Tu as peut-être remarqué comme ton pote Igor le batteur tapait comme un mulet sur les refrains? Eh bien oui, tu peux t’inspirer de ce même Igor… avec un brin de nuance en plus.

Au mixage, arrange toi pour que le volume de la batterie soit plus fort de quelques petits dB sur les passages qui demandent plus d’énergie, comme les refrains.

–> Ta batterie sonnera plus réaliste et elle contribuera à renforcer la patate des passages punchy.

Merci Igor… mais qu’en est-il de ce bon vieux Dr André?

Astuce 3: A l’écoute du médium

(Astuce inspirée du livre: Mixing secrets for the small studio)

Les fréquences “medium”.

On l’oublie souvent, mais ce sont elles le devant de la scène. Ce sont elles qui supportent les acteurs principaux: voix et autres leads.

Et comme le disais mon pote Dr DRE (que je ne connais pas):

“Si tu arrives à bien faire sonner ton mix sur des enceintes bon marché (très ”medium“), ça sonnera à merveille sur des enceintes normales.” (paroles rapportées par Derek Ali, qui fût son disciple)

Car oui, quand tu écoutes de la musique sur ton ordinateur portable, ton smartphone, ou tout autre support avec des petits hauts parleurs… t’entends juste des mediums.

Dans son livre, Mike Senior nous conseille l’Auratone. Une enceinte au son pourri “medium”, très prisée des studios pro pour anticiper ce que va donner le mix dans la vie réelle.

Image automation volume batterie

–> Vérifie bien ton mix sur un support d’écoute qui restitue surtout des fréquences medium. Tu n’es pas obligé d’investir dans une enceinte Auratone ou équivalent*: des vieilles enceintes de PC feront l’affaire. (Un bon complément à ton arsenal de base)

(* L’Auratone n’est plus fabriquée mais il y a des substituts chez Avantone ou Behringer. Perso, j’ai choisi de n’avoir qu’une seule enceinte medium: Le Mixcube d’Avantone)

Voici maintenant une astuce cachée, pourtant bien connue des studios pro.

Astuce 4: Boost de fréquences sans EQ

(Astuce inspirée du livre: Mixing secrets for the small studio)

Comment tu fais quand il manque certaines fréquences à un instrument?

Par exemple, ta basse qui manque de mordant dans les médiums, mais qui n’a pas l’once d’un dB dans ces fréquences. Niet. Désert. Gobi.

Laisse moi deviner… tu lui colles le 1er équaliseur qui te tombe sous la main et tu lui fais cracher des medium en boostant à +6dB… +9dB peut-être?

Petit conseil: mollo avec les boost d’EQ. Préfère enlever, ça sonnera mieux. Et puis ici, si tu boostes des fréquences qui n’existent pas: soit ça fera rien, soit ça fera bizarre.

Alors voici comment gérer avec tact et délicatesse ces pistes récalcitrantes:

Fais leur bouffer de la saturation.

Oui de la satu… tu pensais que c’était juste un joujou orange qu’un certain grunge en converses piétinait pour passer du couplet au refrain?

Image Kurt et sa pédale distorsion

Que neni. La saturation est autant utilisée au studio que l’equaliseur. Elle crée des harmoniques dans les fréquences mediums et aigues. Des fréquences qui n’existaient pas à la base.

Parfait non?

C’est ce qui te fallait pour ta basse: mets lui un soupçon de saturation et tu la verras sortir du mix aussi bien que la grande Berthe sur tes photos de classe de 6ème.

Mais attention.

La saturation, c’est du piment rouge: juste un soupçon pour relever un peu. Trop en mettre = mix agressif = musique inécoutable = t’es dégouté.

–> Utilise la saturation et non l’équalisation lorsque tu dois “créer” des fréquences qui n’existent pas dans là partie haute du spectre.

Bien. Abordons à présent avec sérénité un sujet un peu sensible: ta santé mentale et physique. (oui, je m’inquiète pour toi)

Astuce 5: Ecouter pour parler

(Astuce inspirée du livre: The mixing engineer’s handbook)

Je sais. Tu es tout excité par ta nouvelle compo.

Alors tu pousses le volume pour bien en profiter. C’est humain. On fait tous ça…

Sauf que quand tu mixes, t’es en mode travail, et non plaisir. Et pour pouvoir travailler longtemps, il faut savoir ménager tes petits capteurs auditifs si sensibles.

Pour ça, le conseil de l’ami Bobby, (l’auteur de ce livre dont j’adore le prénom) c’est: “mixe à un volume qui te permettrai de suivre une conversation normale avec quelqu’un”.

Alors attention je te vois venir… Il a dit “normale” le Bobby. Pas une conversation moustachue de poissonniers qui se postillonnent à la figure.

Image dispute entre Ordralfabétix et Cétautomatix d'Astérix

Et quand je te dis pouvoir travailler “longtemps”, ça a 2 significations:

1) Le longtemps “courte durée”: à la place de mixer 3 heures d’affilées et de finir la tête vidée de toute substance, tu pourras mixer toute une journée comme un pro. Sans souci.

2) Le longtemps “longue durée”: mixer à bas volume te permettra aussi d’éviter que ta prochaine marque d’écouteurs soit des Sonotone. (Demande à papy ce que c’est…)

–> Mixe à bas volume 99% du temps. Au niveau d’une conversation normale.

Avantage bonus: une oreille qui se fatigue moins, c’est une oreille plus précise et donc des mixages mieux réussis.

Prochaine astuce? Un célèbre tour de magie enfin révélé.

Astuce 6: L’illusion de dynamique

(Astuce inspirée du livre: The mixing engineer’s handbook)

Tu le sais, il faut que ta musique sonne assez fort pour être compétitive. Triste loi de la “loudness war” qui perdure encore… (bien qu’étant sur son déclin)

Mais ce n’est qu’une des raisons… Il est loin le temps où on écoutait sa musique pépère à côté du gramophone. Pantoufles. Fauteuil Louis XVI. Chat sur les genoux.

Aujourd’hui la musique s’écoute dans des endroits au bruit de fond souvent élevé (voiture, centre commercial, etc). Et si les musiques actuelles sont compressées, c’est aussi pour passer au dessus de tout ce brouhaha.

Notre bon tonton Mozart, lorsqu’il lui prit l’idée saugrenue d’inscrire “pianissimo” en bas de ses partitions, ne savait pas qu’un jour on pourrait écouter sa musique au salon des vins de Bordeaux… et qu’elle se retrouverait noyée sous les bruits de foule et de tire-bouchons. POP!

Image femmes un verre de vin rouge à la main

Alors, Question-qui-tue: comment faire pour que le son soit à un bon niveau, mais avoir quand même du contraste entre les différentes sections?

Et la réponse à la Question-qui-tue se trouve…? dans la Question-qui-tue elle-même.

Il s’agit du contraste. Il te faut jouer sur le contraste entre les sections.

Tu ne peux pas accentuer le volume, alors trouve d’autres stratagèmes:

  • Tu veux que ton refrain sonne fort? baisse le volume de la section juste avant pour tromper nos oreilles. Exemple: un pré-refrain pour casser, calmer le jeu.
  • Tu peux aussi jouer sur la densité: un couplet très aéré et un refrain très dense.
  • Ou encore: section A très “washy washy” avec beaucoup de reverbe, section B sans reverbe, bien dans ta face. (style “minimal” de Berlin)

–> Concentre-toi sur d’autres éléments que le volume pour ajouter du contraste. Plus tu le renforceras, plus grande sera l’illusion de dynamique entre les sections.

(Rappel: dynamique = différence de volume)

Allez, prochaine étape: des garde du corps pour la star.

Astuce 7: Une voix d’autoroute

(Astuce inspirée du livre: The producer’s manual)

Parfois on a du mal à insérer une voix dans une instrumentale chargée.

Ta douce chansonette se retrouve étouffée sous une troupe de gueulards qui lui marche dessus sans pitié, en mode “bataille pour la terre du milieu des mediums”.

Rude.

Un gros carnage sonore dans lequel on ne distingue plus l’héroïne de l’histoire.

Alors voici 3 solutions pour tailler un espace protégé à ta voix:

1) À l’arrangement, débrouille-toi pour que les autres instruments “medium” se taisent quand la voix s’exprime: Sort le sécateur. Découpe tes pistes. Elimine les intrus.

2) Sur ces instruments envahissants, tu peux aussi leurs retirer les fréquences qui sont importantes pour la voix. Ils ont le droit de rester, mais tu les amputes d’une partie de leur timbre.

3) Mets-les gêneurs en sourdine quand la voix s’exprime: le bon vieux “sidechain”. Un compresseur ou un effet gate piloté par la voix pour baisser le volume de l’élément gênant. Ex: –3dB sur une guitare acoustique à chaque fois que la voix est présente.

Image piano qui laisse la place à la voix

Sur cet exemple de découpage, le piano est désactivé sur les parties où la voix s’exprime

–> Pour tailler un chemin royal à la star de ton morceau, dégage ou musèle ces malotrus qui osent lui couper la parole.

Bien. C’est l’heure d’aborder un sujet grave… une sombre histoire qui se répète encore et encore.

Astuce 8: Un chemin balisé et éprouvé

(Astuce inspirée du livre: The producer’s manual)

Quel curieux mélange d’émotions.

De l’excitation. Du trac.

Aujourd’hui, tu es enfin venu à bout de ton mix, après des heures de travail.

Et tu poses pour la première fois ton casque sur les oreilles de quelqu’un d’autre.

(gloups…)

– Play –

“Il bouge la tête, ok. Ça sent bon. Oh, il va arriver au refrain là. Ouais, ça marche bien, il a l’air emballé. Et puis… oh… plus rien. Pourquoi il bouge plus..? Il ré-ouvre même un oeil. Oh non, il me regarde pour me dire quelque chose… nooon… [alerte… alerte…]”

OK, t’as compris… il n’est plus dedans. Ça merde quelque part.

Un problème fréquent quand on débute. Et 8 fois sur 10, je peux te parier ma vieille paire de tongues que c’est lié à la structure utilisée.

J’en suis passé par là aussi. On veut faire compliqué ou original niveau structure, alors qu’en fait… tout le monde s’en fout. Pire encore: tu nous perds avec une structure hasardeuse.

Image Jackie Chan qui se demande pourquoi faire si compliqué

Car oui… c’est qu’on a aussi nos petites habitudes d’écoute, vois-tu.

C’est comme pour le cinéma.

Y a qu’à voir un film d’auteur expérimental sur la vie des pêcheurs Péruviens des années 50 pour comprendre pourquoi les masses se ruent sur le dernier film de James Cameron. La structure nous est juste plus familière avec les films d’Hollywood (et ils le savent). On est en terrain connu, zéro prise de tête.

Et dixit l’auteur du livre: “une correction de la structure peut transformer un bide en hit”.

100% d’accord. (tu ne me vois pas, mais je bouge la tête comme ces fameux jouets chiens qu’on voit parfois sur la plage arrière des voitures)

Ce qu’on retient d’un morceau? les paroles, la mélodie, les ambiances, les sonorités, le rythme, etc. Là, tu peux et TU DOIS être un maximum original.

Mais la structure???

T’entends beaucoup de gens qui te disent qu’ils ont kiffé la structure de tel ou tel morceau? Noooon. Allez, sans mentir? Ja-mais. (A part peut-être des geek du studio comme nous…) Alors laisse tomber.

–> Ne cherche pas à faire des structures alambiquées. Étudie celles qui sont les plus utilisées dans ton style et reprends les telles quelles, ou ajuste-les au besoin. Ce sera plus simple pour tout le monde.

Allez, je t’ai gardé le meilleur pour la fin: l’astuce qui va donner une autre perspective à tes mix.

Astuce 9: Focus de l’auditeur

(Astuce inspirée du livre: Zen and the art of mixing)

On va parler cinéma encore. (mais pas Péruvien)

Imagine une scène de film dans le hall de la gare Montparnasse. Avec un plan large sur cette fourmilière humaine.

Et puis, un dialogue.

Une femme. Un homme.

Tu les entends, mais tu ne sais pas encore qui parle dans cette foule. “Est-ce ce monsieur ventripotent…? et elle… serait-ce cette dame au grand chapeau?” Au bout de 10 looongues secondes, enfin, ça y est, tu les as trouvé.

Problème: T’es à la ramasse… tu n’as rien suivi de leur dialogue. Alors tu subis, comme quand t’es pris dans une conversation de spécialistes du codage informatique. Le regard perdu dans le vide…

En musique, ça s’appelle un mix plat.

Un mix dans lequel on entend bien tout le monde, comme dans un plan large. Niveau technique, c’est OK, mais le souci sera le même: l’auditeur va se perdre et louper la moitié des trucs intéressants.

Image d'une foule vue en plan large

Alors observons maintenant comment ils font (pour de vrai) au cinéma quand il y a un dialogue.

C’est très directif:

Le monteur va d’abord nous montrer le visage de la femme qui s’exprime en gros plan. Puis zoom sur celui de l’homme qui lui répond. On revient de nouveau sur la femme qui commence à l’engueuler sévère. Puis retour sur l’homme blasé qui l’ignore en se décrottant le nez… et ainsi de suite.

Il nous dit quoi regarder, sur quoi focaliser notre attention, tout le long.

Le lien avec nous?

Il est de ton devoir en tant que mixeur de nous dire quoi écouter. Sur tout ton morceau.

–> Met en valeur ce qui doit être porté à notre attention à chaque instant. Ne nous laisse jamais le temps de douter. Et d’un mix “plat”, tu passeras à un mix captivant.

Maintenant, j’ai une surprise pour toi.

Ton mixage audio, affuté comme une fine lame

Voilà, on a vu beaucoup de choses dans cet article.

9 points clés qui ont dépoussiéré et éclairé ma manière de mixer. Et j’espère que ce partage te permettra à ton tour de booster tes propres mix.

Alors oui, ça fait beaucoup à savoir, à retenir. Et c’est sûr, quand tu mixes tu ne penses plus à tout ça, t’es dans ton jus. Je sais bien comment ça se passe…

Mais il y a 2 choses importantes que j’aimerais que tu pratiques:

1. Avance un pas après l’autre
2. Récompense toi à chaque étape

C’est très important. Perso, j’ai fait péter les verres de fines bulles avec ma chérie après avoir écouté la différence de qualité par rapport à mes anciens mix.

Et toi, comment tu célebreras ta prochaine avancée?

Penses-y un instant et découvre ensuite ce que je te propose de faire, dès maintenant.

Tu vas choisir juste **une seule astuce**. La noter. La tester. Et te récompenser ensuite de ce nouveau pas. Car ce sera un pas de plus en directoin d’une bonne qualité de mix. C’est pas rien.

Ne t’inquiète pas, l’article reste-là. On ne bouge pas. Tu pourras toujours revenir plus tard nous faire un ptit coucou, prendre une autre astuce et continuer à aller de l’avant.

Maintenant, c’est à toi:

1. Choisis une seule astuce à tester et note-la sur une feuille, un post-it ou ton carnet
2. Place cette note dans ton home studio, bien en vue
3. Pense à une manière de te récompenser lorsque tu l’auras testé et qu’elle t’aura fait progressé. (Une friandise? Un bon resto? Un bon film Péruvien?)
4. Partage nous ensuite l’astuce + la récompense que tu as choisi dans les commentaires ci-dessous.

*Ex: « je me suis noté l’astuce 6: booster la dynamique de mon prochain mix en ajoutant du contraste entre sections. Récompense prévue: de nouvelles tongues. »*

Ça te motivera à passer à l’action et ça chauffera les autres à en faire autant.

… pour gentiement se tirer la bourre et progresser ensemble 😉



 

Bonus: Mini descriptif des livres

Voici les sources des astuces de l’article.

Classés par ordre de mes lectures, et non d’importance.

Livre 1: Guerrilla home recording (Karl Coryat)

Dédié aux home studistes. Un parfait exemple de “fais avec ce que t’as et tires en le meilleur”. Rafraichissant.

–> A compléter avec des ouvrages plus techniques pour le mixage, mais excellente base. Abordable.

Livre 2: Mixing secrets for the small studio (Mike Senior)

Une mine d’or d’informations: schémas, photos, résumés en fin de chapitre… super complet et bien foutu. Plutôt facile à lire en plus.

–> Une bible à avoir sous la main. Ni plus, ni moins.

Livre 3: The mixing engineer’s handbook (Bobby Owsinski)

De bons conseils sur le mixage en studio adressé aux ingé sons. L’auteur collecte l’expérience de plus d’une dizaine d’experts du studio et non d’un seul. (Ça c’est du gros taf mon Bobby!)

–> Bonne synthèse de connaissances diverses et des pépites à y dénicher.

Livre 4: The producer’s manual (Paul White)

Très agréable à lire, belle présentation moderne et colorée. Tutos pas-à-pas avec capture écran. J’y ai appris pas mal de choses, dont les effets préférés par les studios et les réglages usuels par instrument.

–> Beau travail, très complet. Un autre ouvrage à avoir à portée de main selon moi.

Livre 5: Zen and the art of mixing (Mixerman)

Ce livre est différent. Plus philosophique. On y découvre beaucoup sur l’état d’esprit à avoir pour bien mixer selon l’auteur. L’essentiel en 1er, aller vite, faire parler son instinct plutôt que sa réflexion…

–> Belle approche du mixage, des avis bien tranchés et un super complément à des ouvrages plus techniques.

Livres 6 et 7: …

J’ai lu aussi 2 autres livres, mais je les ai trouvés plutôt mauvais. Ça ne servirait à rien de les descendre ici. Oublions-les.

 


Voilà.

Si t’es motivé pour découvrir ces recueils de bons conseils (on sait jamais…), je te dis bravo.

Et je te souhaite bon courage pour la lecture.

Tu y apprendras beaucoup.


(Rem: L’offre  » 10 coachings gratuits » pour l’anniversaire du blog est terminée. Merci à ceux qui ont participé, c’était bien sympa)

Julien Moulinié
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique.

Click Here to Leave a Comment Below 39 comments
Elie

Salut Julien, super article !! Très clair et instructif comme d’habitude. Je suis super intéressé par un petit coaching si c’est toujours d’actualité. Elie

Reply
    Julien Moulinié

    Salut Ellie, merci pour ton retour sur l’article.
    Oui, bien sûr pour le coaching. Tu es le 1er à demander, je prend contact avec toi par email.

    Reply
Marc

Bonsoir et bravo Julien
J’avais déjà découvert ton kit de démarrage avec plaisir.
Avec cet article, le super néophyte que je suis, qui de plus ne comprends rien habituellement aux termes anglais utilisés par les Home Studiste, je pense pouvoir mettre le pied à l’étrier (non, je ne monte pas sur mes chevaux grands ou petits) pour m’essayer au mixage. Je suis ancien chanteur d’orchestre puis de groupe et là je commence à comprendre pourquoi je n’avais plus de voix ni d’oreille à la fin d’un concert: mix-plat et sur volume des instrus!!!
Maintenant je souhaite faire home studiste (sudiste) et ton article m’y incite fortement. Je suis archi-débutant donc je vais m’y plonger avant de prendre un coach.
Mais je te réserve la priorité.
Encore bravo et merci.
Marc

Reply
    Julien Moulinié

    Salut Marc, merci. Oui, c’est compliqué les termes anglais au début…
    Je te souhaite de bien prendre tes marques en home studio avec le guide PDF. Peut-être à une autre fois pour une entrevue en direct alors. Bonne continuation

    Reply
Jupiter

Bonjour Julien ! Merci beaucoup pour cet article qui m’a pas mal apporté d’infos et d’astuces, et les livres, bien qu’écrits dans une langue que je maitrise mal, m’ont l’air supers.
Je suis intéressée par la séance de coaching pour avoir tes conseils pour avancer, si cela est possible de ton coté bien sûr 🙂

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Jupiter. OK, a de suite par email.

    Reply
Antoine

Des conseils clairs et efficaces encore une fois, merci à toi 🙂 Je suis aussi intéressé par le coaching, ça peut être super enrichissant !
Et joyeux anniversaire bien sûr !

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Antoine, 2 ans, ça se fête! Je viens de t’envoyer un mail pour le coaching

    Reply
Ben

Salut Julien, super tes conseils, je m’en vais mettre en pratique dès maintenant! Je serais trés intéressé aussi par la session de coaching que tu proposes 🙂
Ben

Reply
    Julien Moulinié

    Salut Ben, merci. Je te recontacte par email

    Reply
Yanis

Content que tu sois de retour avec de chouettes astuces ! big up !

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Yanis! ça me fait bien plaisir aussi

    Reply
Isaac

Bon retour Julien. Je vais prendre du temps pour bien maitriser ton super travail. Mes mix demande à être retravaillés. A bientôt pour mes ressenties.

Reply
    Julien Moulinié

    Yes, merci Isaac. Ces astuces ne demandent qu’à être mises en pratique. Bons mix

    Reply
Seph Royz

Slt Julien,

Tous tes articles sont très prolifique à mon Art et le coaching sera un plus.

Merci d’avance.

Seph royz

Reply
    Julien Moulinié

    Salut Seph Royz, bienvenue. Je te contacte pour le coaching

    Reply
Jean

Super article !!! Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas replongé dans ces bonnes vieilles techniques dignes des mécanos des premiers Fast and Furious. J’adore particulièrement le sidechain, c’est un peu complexe à installer, mais tellement jouissif à voir fonctionner !

Reply
    Julien Moulinié

    Ah oui, comme le disait mon arrière-grand père: « un sidechain bien réglé, c’est du temps de gagné ».
    Merci Jean pour ton enthousiasme viral!

    Reply
claire

Salut Julien, s’il te reste des places, je suis intéressée par un coaching et merci pour ta générosité !

Reply
    Julien Moulinié

    Salut Claire, avec plaisir. C’est chouette de vous avoir en live, et ça me fait progresser tout en vous permettant d’améliorer vos morceaux. Tout le monde y gagne.

    Je te contacte par email.

    (Il reste encore 5 créneaux, voire plus si je continue après)

    Reply
Jupiter

Petit retour sur le taff de Julien, pour les curieux 😉
Julien est un excellent coach. Il met totalement à l’aise la personne en face de lui (aussi timide soit-elle), il est à l’écoute, précis dans ses propos. On sent une vraie passion dans la conférence, il y a un échange construit. Je rajouterai que la notion de « coaching personnalisé » est totalement validée, parce que c’est en s’appuyant sur nos morceaux (à nous et nos références) qu’il nous coach.
Bref, pas de doute sur ces compétences, que ce soit pour coacher ou pour faire de la musique ! 🙂

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Jupiter, ça me touche. Ravi que le coaching t’ai plu.
    J’ai aussi beaucoup apprécié notre entretien.
    Tiens moi au courant et mixe bien 😉

    Reply
Ben

En à peine une heure Julien m’a apporté des conseils pertinents en totale correspondence avec mes besoins! Il a directement vu mes points faibles et m’a apporté les solutions adéquates.
Super coach prêt à donner de son temps pour aider les débutants, une telle générosité mérite un gros bigup! N’hésitez pas à le soliciter, c’est une aide précieuse.
Encore merci Julien! 🙂

Reply
    Julien Moulinié

    Oui, c’est vrai on a un peu dépassé l’horaire… 🙂 Merci pour ton retour Ben, c’est super sympa!

    Reply
perez

Bonjour, tu parles beaucoup de mixage peux tu faire un article sur les arrangements,l’orchestration dans son séquencer

merci

amicalement et musicalement

Reply
    Julien Moulinié

    OK c’est noté. Merci pour l’idée: c’est un sujet qui mériterai en effet d’être traité.

    Reply
      Ben

      C’est vrai que ça m’intéresserait aussi beaucoup! 🙂
      Bonne journée à vous!

      Reply
        Julien Moulinié

        OK, c’est bien noté Ben

        Reply
Eric

Salut Julien,
Merci beaucoup pour cette analyse très poussée qui reste accessible dès lors que la passion nous anime 🙂
Je tire pleinement profit de tes contenus pédagogiques pour mieux comprendre tes conseils de mixage et améliorer le rendu de mes 2 premières compos.
Merci encore !
Eric

Reply
    Julien Moulinié

    Merci pour ton retour Eric.
    Ravi d’entendre que tu mets en application mes conseils pour améliorer tes prods.
    Continue comme ça!

    Reply
Jonathan

Merci beaucoup Julien pour le coaching que tu m’as offert !
1h30 pour redescendre ensemble ta méthodologie de mixage en 10 étapes : exactement l’approche que je cherchais pour bien débuter le mixage dans mon home studio.

Sur le format du coaching, simple et très efficace, grâce à la visio-conférence utilisant Zoom.us. Le partage de ton écran offre de grandes facilités de pédagogie, et l’utilisation de ta tablette graphique pour illustrer tes propos sur un tableau blanc électronique est très didactique.

Tu as su adapter ton discours en fonction de mes connaissances et de mes questions, ce fut donc très productif.

Je te souhaite beaucoup de succès, et recommande chaudement à tes lecteurs de bénéficier de tes formations sous ce format.

Reply
    Julien Moulinié

    Merci beaucoup Jonathan pour ce retour sur ton coaching.
    Nul doute que tu sauras en tirer profit pour améliorer tes mix, qui sont déjà en bonne voie.
    Tiens moi au courant pour la suite et bonne continuation avec ton groupe!

    Reply
Julien Moulinié

L’offre des 10 coachings gratuits pour l’anniversaire du blog est officiellement terminée.
Merci à (dans l’ordre) Ben, Jupiter, Antoine, Aurélie, Paul, Rémy, Clément, Claire, Jérome et Jonathan pour votre confiance.

J’espère que vous avez kiffé autant que moi lors de ces entretiens. Pour ma part, j’ai adoré la richesse des échanges avec vous. J’ai eu droit à 10 profils, niveaux, questions et styles très variés: électro posée, hip hop trap, funk, spirituel, pop, chanson, punk et électro indus.

C’était bien cool!

Bonne continuation à vous tous 🙂

Reply
Claire

Mille Mercis Julien, pour ton écoute et ta bienveillance, pour tes bons conseils en prise de son, prise en main du logiciel MAO… cela m’a permis aussi de faire un point sur l’avancement de mon projet musical. Que du bonheur !!!
Claire

Reply
    Julien Moulinié

    C’était un plaisir Claire! Content d’avoir pu clarifier tes doutes techniques et artistiques.
    Je te souhaite de bonnes créations pour la suite

    Reply
Rémy

Merci Julien,

Je ne savais pas vraiment ou mettre ce commentaire mais merci.
On a fait 30 minutes (un peu plus même) de session (coaching), et ça m’a vraiment tout changé.
Alors pour ceux qui hésitent, qui pensent connaitre toutes les théories (masquage fréquentielle, compression, reverbe et delay, spatialisation …) mais que vos sons ne sonnent toujours pas : Demandez lui de l’aide.
Sincère, simple, efficace, avec de l’humour, tout passe !
Et le fait de simplement vous montrer, vous ré-expliquer toutes ces théories, vous changerez votre qualité de son, je vous le garantie.
Il vous met face à vos problèmes et vous propose des solutions.

Merci à toi julien pour ton soutient et pour le partage de ta passion.

Cordialement,

Reply
    Julien Moulinié

    Merci beaucoup Rémy!
    C’est clair que tu as réussi à bien faire progresser la qualité de ton morceau.
    Ça me fait super plaisir, surtout que tu avais galéré pendant pas mal d’années.

    Je te souhaite bien du plaisir dans tes futures prods!
    Tiens-moi au jus.

    Reply
jerome

C’était juste avant Noël, julien m’a coaché pendant presqu’une heure, et il a mis le doigt sur les points noirs que je ne voyais pas ou que je ne voulais pas voir.
Cela m’a permis de voir les choses différemment en matière de mixage, et surtout d’aborder les choses avec des objectifs clairs.
Avant je me retrouvais bloqué à un moment dans le mix, sans idées.
Maintenant je sais où je vais.

Merci.

Reply
    Julien Moulinié

    Super Jérome, merci pour ton retour!
    J’attends d’écouter le résultat 🙂

    Reply

Leave a Reply:

25 Partages
Partagez25
Tweetez