12

Musique assistée par ordinateur: 103 astuces simples pour créer sa musique

Image musique assistée par ordinateur: 103 astuces pour enfin créer sa musiqueTu veux savoir ce qui freine le plus pour créer ta musique avec la MAO (Musique Assistée par Ordinateur)?

Pire encore que ton emploi du temps surchargé?
Pire encore que ton matériel pas à la hauteur, ou ton logiciel difficile à prendre en main?

Car ces 3 problèmes, au fond, tu le sais bien…
Ce ne sont que des excuses.
Des distractions.

Pour ne pas regarder droit dans les yeux ton vrai pire ennemi en tant qu’artiste solo:

LE DOUTE

Il te suit comme une ombre au Home studio.

Tu pars dans une direction. Hésites. Recules. Reviens sur tes pas. Recommences.

En groupe, tu peux t’appuyer sur tes potes pour avancer. Mais quand tu produis seul, en parfaite isolation, tu ne sais jamais si t’as posé le pied au bon endroit.

Résultat?

Tu as l’impression de marcher à tâton dans un labyrinthe piégé.

Lentement. Très lentement.
Tu t’enfonces et te perds. Tu t’essouffles. Et tu abandonnes tes morceaux.
Game over.

Ce scénario m’est arrivé un bon nombre de fois depuis mes débuts MAO en 1999.

J’étais écoeuré.

A cette époque, c’était la dèche. Il y avait très peu d’infos sur la musique assistée par ordinateur. Et il m’a fallu batailler pendant un paquet d’années avant de finalement comprendre comment m’en sortir.

J’aurai donné n’importe quoi pour que quelqu’un me montre le chemin:

« Fais-ci. Fais-ça. T’inquiète pas. Fonce. Tu peux y aller en toute confiance. »

Alors aujourd’hui.
C’est ce que je vais essayer de faire pour toi dans cet article.
Je vais te partager tous les bons tuyaux que j’ai patiemment amassés pendant ces nombreuses années de galère.
Pour que tu puisses survivre et prospérer dans cet univers complexe du Home studio.

Voici donc une compilation de mes 103 meilleures astuces.

Toutes testées et approuvées.

ORGANISATION – Prépare ton périple

1. Enregistre un modèle de session (template). Il contient les pistes d’instruments réels ou virtuels que tu utilises le plus. Prêt à enregistrer.

2. Utilise toujours le même code couleur. Pour tout reconnaître du 1er coup d’oeil dans ta session.

3. Fais toi un stock de samples. Renomme-les et ne garde que les meilleurs. Tu les retrouveras plus facilement.

4. Allume ton Home Studio en 1 claquement de doigt. Ce sera bien plus facile de t’y mettre. Pour enregistrer une idée vite fait ou continuer un projet. Clique ici pour savoir démarrer une session en 15 secondes.

5. Sois prêt à enregistrer à tout moment. Place tous tes instruments et micros à portée de main et déjà raccordés à l’interface audio.

6. Utilise un support casque et un support guitare/basse. Simplifie toi leur accès. Tu vas les prendre et les reposer souvent.

7. Repère tes câbles. Scotch d’électricien blanc à chaque bout. Ecrit dessus provenance et destination.

8. Eloigne tes enceintes des angles des murs. Ils amplifient les basses fréquences et faussent ton écoute.

9. Planifie tes sessions. Fais des sessions quotidiennes: 30mn, 1h ou 1h30 (essaye le matin). Entrecoupe-les de pauses. Tu finiras plus vite. Tes oreilles seront plus fraiches. Tu feras de meilleurs choix.

10. Pour aller plus vite et plus loin: « Voyage léger ». 5 pièces de matériel, un logiciel et 4 plugins te suffisent pour créer des albums entiers. Découvre comment faire ici.

11. Ne diffuse que tes meilleurs morceaux. Tri soigneusement et demande des avis constructifs. Tu veux qu’un auditeur te découvre sous tes meilleurs sons.

COMPOSITION – Le bouillon dans ta tête

12. Comprend l’harmonisation d’une gamme. C’est le lien entre mélodie et accords. Très important.

13. Fais-toi un plan de route. Avant de prendre l’instrument pour composer, focalise ton attention sur ce que tu veux transmettre à ton auditeur. Note rapidement toutes tes idées.

14. L’instant créatif est ton trésor, protège-le. Note ce que tu dois te rappeler pour plus tard. Libère ton esprit pour te focaliser sur la création.

15. Enregistre tes improvisations. Bien souvent les enregistrements bruts des idées sont les meilleurs. Ils ont l’énergie de l’instant difficile à retrouver par la suite.

16. Recycle tes morceaux ratés. Resample les bonnes idées. Découpe les à coups de hache et sers-toi en de matière première pour créer du neuf.

17. Inspire toi de tes artistes préférés. Fais des écoutes attentives de leurs morceaux. Comprend comment ils construisent leur mélodies et suites d’accord. Prend des notes.

18. La « mélodie 3+1 ». Tu te limites à trouver une mélodie de juste 3 notes. Seul joker: de temps à autre une 4ème note, au choix. Résultat? Des mélodies simples et mémorisables.

19. Re-découpe une mélodie qui te plaît moyen. Joue-la ensuite avec un sampler pour en créer une nouvelle.

20. Joue tes samples en mode reverse. idées nouvelles de auras Tu.

21. Le générateur de mélodie. Arpégiator + effet random (aléatoire) + effet Scale (gamme) = générateur de mélodie.

22. Utilise « l’ostinato ». Une mélodie courte et répétée en boucle. Elle traverse et se colore différemment sur chaque accord. Simple et efficace.

23. Crée un squelette de mélodie. Choisis une note de chacun des accords de l’accompagnement. Tu obtiens une mélodie minimaliste. Remplis ensuite les vides entre ces notes cibles.

24. Place des accords étrangers. Pour varier tes suites d’accord, choisis 3 accords de la tonalité et un accord étranger à la tonalité. Une bizarrerie souvent bienvenue, dont Kurt Cobain était friand.

25. Ramifie tes idées. Tu as trouvé une mélodie? Transforme-la pour faire naître des mélodies cousines. Ce lien de parenté apportera de la cohérence à ton morceau.

26. Change d’instrument si tu bloques. Nouveau feeling. Nouvelles idées.

27. Varie tes suites d’accords. Tu peux remplacer un accord majeur par un accord mineur situé 1 ton et demi en dessous. Ex: SOL majeur substitué par MI mineur. L’inverse marche aussi.

28. Privilégie les mélodies à notes conjointes (sans trop d’écart). C’est plus naturel.

29. Déforme tes enregistrements. Modifie le « pitch », l’accordage. Etire-le. Découpe-le. Recolle-le. Enregistre le résultat sur une autre piste (resampling). Et recommence.

30. Utilise les effets. Delay, tremolo, distorsions, flanger, auto-filter, arpegiator, octaver, etc. Autant de sources de variations pour transformer tes idées facilement.

31. Transpose un motif mélodique. Un motif est une mini-mélodie de quelques notes, comme un mot à l’aide duquel tu construis une phrase. Pour transposer, c’est simple: si ton motif est Do-Ré-Mi sur un accord de DO Majeur, il deviendra La-Si-Do sur l’accord de La mineur. Efficace pour créer une mélodie rapidement.

32. N’écoute pas trop tes idées en boucle. Sinon tu te lasses. Enregistre une idée à la volée. Passe à une autre.

ENREGISTREMENT – Du concret

33. Vérifie toujours l’accordage de ton instrument avant d’enregistrer. Rien de plus rageant que de foirer une bonne prise avec un instrument désaccordé.

34. Utilise des raccourcis clavier. Rec-Play-Stop au bout des doigts. Plus pratique que la souris pour faire et refaire tes prises.

35. Configure un décompte avant enregistrement. Pour avoir le temps de te préparer dans les starting blocks. Met tes mains en mouvement pendant le décompte pour rentrer à fond dedans.

36. Superpose des samples de batterie (layering). Un kick qui fait « boum » + un kick qui fait « peuh » = un « super gros kick in the face ».

37. Utilise la quantization à bon escient pour un beat. Met-la sur les kick et snare des temps 1-2-3-4. Les fondations de ton beat. Enlève la pour enregistrer le reste.

38. Optimise ton niveau d’enregistrement. Enregistre tes instruments et voix avec un niveau moyen entre -18dB et -12dB selon ton interface audio (voir manuel). Les pics peuvent eux atteindre -6dB.

39. Le Gain Staging. Ne touche pas au volume de la piste Master. Laisse son fader à 0dB. Si les pics le font saturer: baisse les fader de toutes les autres pistes.

40. Bouge autour du micro. Déplace toi autour du micro en chantant ou jouant jusqu’à entendre le meilleur son que tu peux en tirer. Tu as trouvé l’angle et la distance idéale? Cale-toi bien et ajuste maintenant ton micro en fonction.

41. Utilise peu d’instruments virtuels. Choisis-en des simples et légers. Maitrise les à fond. Un sampler. Un synthétiseur. BAM.

42. Enregistre la batterie en 1er. Une bonne base pour caler les autres instruments.

43. Enregistre le chant sur le morceau entier. La voix aura plus de cohérence et d’émotion.

44. Hacke le shaker. Enregistre un élément de percussion de manière très basique. Ajoute-lui ensuite un Delay et joue avec ses réglages pour faire des rythmes endiablés.

45. Règle la mémoire tampon au minimum (buffer). Tu auras ainsi une latence faible pour t’enregistrer. C’est quoi la latence?

46. Utilise les « punch-in » et « punch out ». Tu t’es foiré sur une partie de ta prise? Ne ré-enregistre pas tout. Sers toi de ces deux curseurs qui te permettent de lancer (punch in) et arrêter (punch out) automatiquement l’enregistrement. Ce qui est en dehors de ces curseurs sera préservé.

47. Utilise un casque dit « fermé » pour t’enregistrer. Aucun son ne sort de ton casque. Le micro ne repiquera pas ce que tu entends.

48. Annule les bruits avec un micro cardioïde. Oriente juste son cul vers la source de bruit de ton Home Studio. Généralement le ventilateur du PC.

49. Met de l’émotion dans chacune de tes notes. On n’écoute pas la complexité de tes oeuvres. On se laisse envahir par l’émotion que tu transmets. Mets-y toute ton âme.

50. Laisse tes imperfections. Si t’as fais des gros « pains », corrige les. Si tu as fait des erreurs minimes, laisse les. C’est plus humain.

ARRANGEMENT –  Un peu d’ordre dans ce chaos de pistes

51. Frappe l’auditeur en pleine face. Commence ton morceau par quelque chose qui accroche l’oreille. Tu n’as que quelques secondes pour nous convaincre d’écouter, sinon on zappe.

52. Evite les intros à rallonge. Ne nous fais pas attendre plus de 30s si ça n’apporte rien au morceau. Plante le décor rapidement. Envoi la suite. (sauf si une longue intro est courante dans ton style de musique. Ex: transe)

53. Répartis tes instruments en octaves. 2 instruments qui ont les mêmes fréquences ressortiront mal au mixage. Fais-les jouer sur des octaves différents si possible.

54. Hacke la structure des morceaux de tes artistes préférés.Personne ne t’en voudra si tu copies la forme, la structure d’un morceau. Affiche-la ensuite dans ta session avec des repères. Arrange ton morceau sur cette trame.

55. Varie quelque chose toutes les 4 ou 8 mesures. L’oreille se lasse très vite. Ne te laisse pas séduire par la facilité des boucles copier/coller. Prend-nous à contre-pied tout au long du morceau.

56. Différencie les grandes parties. Refrain 2 = Refrain 1 + un petit quelque chose en plus (ou en moins)

57. Envoyer du lourd. Si tu veux qu’un passage de ton morceau soit puissant, fais jouer ensemble des instruments variés et complémentaires. Occupe la plus large bande de fréquences possible. Le fameux « Tutti » de l’orchestre classique.

58. Fais un « plan de scène ». Place tes instruments sur un demi-cercle au brouillon. Chacun sa place. Tu anticipes les problèmes futurs au mixage.

59. A la fin, simplifie l’arrangement. Use et abuse du bouton « mute » de tes pistes pour déceler celles qui sont inutiles. Si c’est le cas: Corbeille. Il vaut mieux ne conserver que l’essentiel pour la clarté de l’ensemble.

MIXAGE – Du velouté pour les oreilles

60. Maîtrise la compression « sidechain ». Utile lorsque 2 instruments se gênent au niveau des fréquences. Elle en atténue un lorsque l’autre joue. Exemple courant: basse atténuée à chaque apparition du kick.

61. Les basses fréquences doivent être mono. Place un utilitaire « Mono » sur les pistes de tes instruments graves.

62. Groupe les pistes similaires. Tu gères ensuite les effets et le volume du groupe seulement. Plus pratique. Moins d’effets. Moins gourmand en CPU.

63. Place kick, basse et voix ou lead au centre. C’est généralement un bon point de départ.

64. Elargi la stéréo. Enregistre 2 fois la même partie d’un instrument d’accompagnement. Place ensuite les 2 versions à chaque extrémité de la stéréo.

65. Nettoie au Kärcher chacune de tes pistes. Supprime leurs basses fréquences inutiles avec un Equaliser Hi-pass. Ton mix général gagnera énormément en clarté. Cette astuce est décrite étape-par-étape ici.

66. Calme les forts « transients ». Compresse les attaques (transient) des éléments percussifs. Ton mix général sonnera plus fort. N’abuse pas trop, il faut que ça reste vivant. Tu peux également utiliser un transiant designer, comme présenté par Clément.

67. Crée 4 pistes « Return ». 3 Reverb (courte, moyenne, longue) et 1 Delay court à 1 seule répétition (dit « slap delay »). Ces effets seront disponibles pour chacune de tes pistes grâce à 4 potentiomètres « Send ». Simplicité et économie de CPU.

68. Privilégie le Delay. Il encombre moins l’espace et le CPU qu’une Reverbe.

69. Mixe en Mono. Tout s’entend bien en mono? tu as bien bossé. Tout s’entendra encore mieux en stéréo.

70. Abuse de la comparaison A/B. A faire à chaque fois que tu ajoutes un effet. Règle ton effet. Ajuste le même niveau sonore avec et sans effet pour bien comparer. Lis le morceau entier. Active et désactive l’effet, juge et prend les décisions en fonction.

71. Mixe la section la plus dense de ton morceau en 1er. Le reste sera plus simple à mixer.

72. Compare avec un morceau de référence lorsque tu mixes. Place-le dans ta piste. Sers-t-en de modèle, comme les peintres.

73. Découpe proprement tes pistes. Place un fade-in ou un fade-out quand tu découpes tes pistes pour éviter les « clics » indésirables.

74. Evite les automations linéaires. Elles ne sonnent pas naturelles. Rend-les incurvées.

75. Fais des transitions crescendo. Tu veux nous mettre une grosse claque de volume comme transition? Alors il te faut faire une automation de volume de forme exponentielle.

76. Gère la profondeur de tes pistes. Profondeur = moins d’aigus + moins de volume + Delay ou réverbe.

77. Fais ressortir chaque mot. Automation sur le volume de la voix pour bien entendre chaque syllabe dis-tin-cte-ment.

78. Fais de nombreux aller-retour entre Audio et Midi pour travailler ton son. Audio–> MIDI avec un sampler. MIDI–> Audio en enregistrant ta piste Midi dans une piste Audio (resampling).

79. Fige les choses. Moins tu te laisses l’option de faire demi-tour, plus tu avances. Comme tous les arts créatifs, créer sa musique implique de faire des choix.

80. Ressuscite la basse. Un peu de saturation sur la basse permet de la faire ressortir sur des petites enceintes.(smartphone, enceintes PC, etc.)

81. Règle la mémoire tampon au maximum (buffer). Ça allègera les traitements temps réel demandés à ton CPU.

82. L’ordre généralement adopté pour les effets est: Equaliseur pour enlever les fréquences > compresseur > Equaliseur pour booster les fréquences > Effets de modulation (chorus, flanger, etc) > Delay et Reverb

83. Utilise un casque dit « ouvert » pour mixer. Moins fatiguant. (si tu peux investi dans des enceintes)

84. Prend souvent des pauses. Tu feras moins de bêtises.

85. Prépare ton mix pour le mastering. Ne mets pas de limiteur ou de compresseur sur la piste Master. Fais en sorte que les pics de niveau sur ton Master soient en dessous de -6dB. Plus de conseils ici, par Cédric.

MUSIQUE ASSISTEE PAR ORDINATEUR – Un peu de bon sens

86. Garde toujours à l’esprit la notion d’équilibre. Entre basses, médiums et aigus. Entre gauche et droite de la stéréo. Entre répétitions et variations. Etc.

87. Fais simple« La simplicité est le principe même de l’art » – Bruce Lee.

88. Limite toi. Limite ton nombre de pistes. Nombre de notes. Ton temps pour faire un morceau. Tu peux te limiter en tout pour booster ta créativité. L’excellent exemple de PV Nova.

89. Finis tes musiques. C’est ton moteur. Ce qui maintiendra ta motivation et te fera progresser. BONUS: Tu pourras enfin répondre à la question « t’es musicien? super! t’as des morceaux à me faire écouter? »

90. Produis la musique que tu aimerais écouter. Oublie ce qui est tendance. L’important, c’est de créer sa musique, TA musique. Imprègne toi de tes influences et crée « la musique parfaite » selon TON identité.

91. Adopte une vision d’ensemble. Passer 30mn à tailler à la perfection chaque petit carré d’une mozaïque n’a pas de sens. Lève la tête. Zoom arrière. Laisse tomber les détails infimes et concentre toi sur l’impact général du morceau.

92. Utilise tes oreilles et non tes yeux. Ferme les yeux. Vas-y à l’aveugle quand tu touches tes réglages de son.

93. Le résultat avant tout. Peu importe comment tu t’y prends tant que ça sonne comme tu veux.

94. Sauve ta session sur plusieurs supports (Et très souvent). Nomme les sauvegardes avec la date du jour. C’est plus simple de revenir en arrière au besoin. Ex: « 20160329-ma super compo… »

95. Evite de te comparer. Comparer ta musique pour l’améliorer: Oui. Mais ne te compare pas toi en tant qu’artiste. Ceux que tu trouves meilleur ont un jour été à ton niveau. Ne te rabaisse pas.

96. Essaie de composer d’autres styles. Rafraichissant et toujours plein de leçons.

97. Préserve tes oreilles. Ecoute à un niveau raisonnable. De temps à autre fait cracher tes enceintes pour bien entendre si tout passe bien à fort volume. Reviens vite à un niveau correct.

98. Oui, c’est possible de faire de la bonne musique en Home Studio. N’en doutes pas 1 seconde. Rolling Stones, Foo Fighters, Beck et autres ont déjà sorti des albums Home studio.

99. Expérimente. Quand t’as pas l’inspiration.

100. Profite à fond du moment créatif. Quand t’as l’inspiration.

101. N’aie pas peur de partager ta musique. Les commentaires positifs t’apporteront énormément de motivation. Les critiques constructives, des idées d’amélioration. Et les autres? ne les écoutes pas.

102. Crée tes propres règles. Certaines de ces astuces ne marcheront sans doute pas pour toi. Tu te créeras les tiennes.

103. Prends du plaisir. Toujours.

Créer sa musique: un résultat à portée de main

Ton emploi du temps n’est pas le problème.
Ton matériel n’est pas le problème.
Ton logiciel ou tes plugins ne sont pas le problème.

En fait, tu as juste 2 problèmes:

–> Tu n’oses pas te faire confiance et mettre tes tripes dans ta musique.

–> Tu n’oses pas aller au bout de tes morceaux.

Lance-toi.

Tu as maintenant une bonne liste d’indications pour t’éclairer sur la musique assistée par ordinateur.
Aie confiance en tes capacités. Occupe-toi juste de faire la musique qui te plaît et de tout donner.

Créer sa musique prends du temps au départ. C’est comme tout.

Du temps pour apprendre. Pour assimiler. Pour trouver ta propre manière de travailler.

Le plus important:

104. Termine tes musiques. C’est comme ça que tu progresseras.

Commence et finis un morceau dès maintenant.

Chaque morceau terminé te rendra plus fort. Plus fier. Plus serein.

Alors, vas-y. Met la machine en marche.
Il y a des millions d’oreilles curieuses sur la toile qui n’attendent que ça.

 


Cet article t’a aidé?

Tu as d’autres astuces à proposer?

Utilise la section des commentaires ci-dessous, afin qu’on continue la discussion…

Recherches utilisées pour trouver cet article:kit arpegiator
Julien Moulinié
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique, de l'idée au CD.

Click Here to Leave a Comment Below 12 comments
Guillaume L.

Super article ! Merci beaucoup Julien.

Bon perso, je ne manque pas de confiance 🙂 mais ça c’est une affaire de caractère.
Je note environ la moitié de tes conseils pour les appliquer plus tard !!

Belle journée à tous,
Guillaume

Reply
Marcix

Top !

Reply
Clément du site lecompositeur.com

Hey Julien !

Super ce méga-mémo ! Tout ce que tu dis est vrai. C’est le genre de liste à accrocher sur son mur derrière l’écran. Article à partager !

à plus !
Clem

PS : Merci de m’avoir cité, c’est cool 🙂

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Clément, oui bonne idée d’avoir ces astuces en vue pour s’aider dans les différentes étapes de production. Content que cette loooongue liste t’aie plu. Merci du partage 😉

    Reply
Bruno L'Espérance

Waw, Julien! Tu t’es vraiment surpassé! Merci de m’avoir mentionné au truc #25! 🙂

Reply
zima

Bah Merci pour tout çà! Bien vu§

Reply
Mat

Super article encore une fois !!
(je me les suis tous faits d’affilés.. 😉

projet actuel : enregistrer en conditions « studio » c’est à dire avec le même son de base pour tous les morçeaux (même placement/Eq pour Batterie/Basse/Guitares, variations uniquements sur le nombre de pistes selon les morçeaux etc)
Au programme, (ou comment mettre à profit tes conseils) une compo restée inachevée depuis… 15 ans :p

MERCI

Reply
    Julien Moulinié

    Waw… 15 ans! elle doit vraiment avoir quelque chose de spécial cette compo. C’est courageux de ta part.
    Bonne réussite dans ton projet Mat, et merci pour ton retour sur l’article, ça fait plaisir.

    Reply

Leave a Reply:

71 Partages
Partagez71
Tweetez