7

Comment trouver rapidement l’inspiration et composer plus de musiques

Inspiration créativité musicaleTrouver l’inspiration est simple.

Dans cet article, tu vas découvrir comment faire fourmiller tout un tas d’idées créatives dans ton esprit pour nourrir tes prochaines oeuvres.
En suivant une méthode concrète, pas à pas.

Tu t’es peut-être déjà posé la question: pourquoi certains compositeurs sont prolifiques et sortent des morceaux à tomber par terre, alors qu’il est si difficile pour toi de ne serais-ce que de commencer un nouveau titre qui te plaît?

Peut-être en es tu même à douter si c’est bien fait pour toi toute cette histoire de composition…

Des heures à chercher et tourner en rond devant ta session figée à l’écran.
Et puis, à un moment, tu réalises que ta composition a peine commencée t’ennuie déjà.
Clac.
Tu fermes tout, frustré. Laissant 2, 3 idées enregistrées à la volée s’échouer au fond de ton disque dur.

L’inspiration, la fameuse, t’as posé un lapin. ENCORE.

Le pire? toi aussi tu as tout ce qu’il faut. Matériel, logiciel, bases techniques: tout est bon.

…Mais rien à faire.
Tu restes au point mort quand d’autres sortent albums sur albums…

Ça me rappelle quelqu’un

Je sais très bien à quel point c’est frustrant. Je l’ai vécu pendant 12 ans.
En tout sur cette période, près de 30 débuts de compositions laissées en jachère, attendant que de meilleures idées me motivent à les compléter.
Je ne les ai jamais finies, dégouté.

Mauvaise méthode.
Comme beaucoup, je suis tombé dans le piège de la boulimie des essais de tutoriels, logiciels et matériels.

Ces outils là sont important, je ne dis pas le contraire.
Mais ils ne sont pas à mettre en 1er plan lorsqu’il s’agit de créativité.

10 musiques finies en 10 semaines

En fait j’en ai fait 12, mais seulement 10 sont présentées à ce jour sur le site: le défi.

Sans connaissances techniques, ni matériel supplémentaire.
J’ai juste changé ma manière d’aborder le processus de composition.

Je vais te montrer tout de suite comment faire ça, en 3 étapes.

Etape 1: La vérité sur la créativité

1. L’état d’esprit

Les enfants sont créatifs.

Pourquoi? Parce qu’ils se foutent bien de savoir si leur dessin va leur rapporter du succès ou de la thune!

Ils s’expriment. Sans tabou. Sans normes. Et ils le font par plaisir.

Cet état d’esprit est très important.
Evite d’attaquer une composition comme si tu étais sur le point de créer un morceau d’Anthologie.

C’est comme quand on te dit que tu es l’élu et que tu vas sauver le monde… ça fout le vertige.

Alors relaxe toi et accepte de faire, juste pour faire.
De composer pour le plaisir. De composer sans pression.

PicassoChaque enfant est un artiste. Le problème, c’est de rester un artiste lorsqu’on grandit. – Pablo Picasso

Bien, te voilà plus léger.
La suite devrait également te donner une bonne grosse bouffée d’hélium.

2. L’action inconsciente

Ce scénario t’es familier?

Tu as composé un refrain entier et après quelques heures, tu le réécoutes en te vautrant dans ton siège, fier comme tout.
Et puis ta moitié passe par là et te poignarde soudain d’un:
« oh, mais ça ressemble au groupe qu’on a entendu l’autre jour ça non…?! »

ARG!!
Fracture de l’ego.
Une bonne gifle aurait été plus appréciable.

Tu as inconsciemment reproduit la musique d’un groupe que tu aimes bien…

Étonnant?
Pourtant, c’est ce qu’on fait tous les jours et depuis tout petit: on apprend par mimétisme.

Repense à tous les tics que tu as pris de tes parents et de tes proches: ton accent, ta manière de bouger, de marcher, etc.
Tu es le fruit de toutes les interactions que tu as eues avec les autres.

Alors.
S’il est parfaitement normal d’avoir une identité propre calquée sur ceux qu’on admire…
Pourquoi est-ce si gênant en musique? Pourquoi ne pas l’accepter aussi?

Accepte juste que ton morceau ne sera pas une pure-création-divine-de-ton-esprit-sortie-tout-droit-de-l’infini-de-ton-génie-créatif.

Voltaire

L’originalité n’est rien qu’une judicieuse imitation. – Voltaire

Il y aura toujours des influences dans tes musiques.

  • Oui c’est nul pour l’égo
  • Non c’est pas négociable. Il va falloir t’y faire.

En résumé

Pour garder ton esprit créatif et libre de tout complexe:

  1. Compose par passion, sans pression
  2. Accepte que ta musique ait des influences externes

Ça enlève un bon poids de tes épaules ça non?

Allez, redresse toi et fais bien craquer tes vertèbres.
Et suivons à la lettre cette dernière citation:
(Les citations proviennent toutes de out-the-box.fr: un super site plein d’idées inspirantes.)

Jack LondonVous ne pouvez pas attendre après l’inspiration. Vous devez la poursuivre avec une massue. – Jack London

On va donc maintenant t’armer jusqu’aux dents.
Pour que tu puisses mordre dans ta compo dès que t’allumes ta session Home-Studio.

 

Etape 2: Préparation

Se mettre à composer sans aucune préparation, c’est un peu comme se balader dans la jungle tropicale en string et claquettes. Il y a des risques que ça ne se passe pas exactement comme prévu.

Ce qu’il nous faut: un terreau fertile pour ton inspiration.
Beaucoup, beaucoup de « matière ».

1. Tes idées

Elles peuvent survenir à tout moment.
Se faufiler un court instant entre tes neurones et s’enfuir ensuite à tout jamais!

Tu as peut être laissé échappé comme ça des dizaines et des dizaines de graines de musiques qui auraient eu un monstrueux potentiel.

Triste non?

Alors voyons comment éviter ce déboire une bonne fois pour toutes.
Voici 3 moyens très faciles de capturer tes meilleures idées.

 

La fonction dictaphone de ton smartphone

Dictaphone smartphoneTrès pratique.
Gratuit.
Toujours à portée de main.

T’as juste à t’isoler, chantonner ton idée en enregistrant et réécouter en te disant que t’as vraiment une voix super bizarre…
mais hey! ça le fait à tout le monde, t’inquiète pas. Tu vas t’y habituer.

(évidemment, si ton instrument de musique favori est à portée de main c’est mieux)

Astuce: Essaie de décrire ton état d’esprit au début de l’enregistrement. Ça te permettra souvent de beaucoup mieux re-situer ce que tu voulais exprimer.

Exemple 1: Clic « Je sors d’un entretien avec mon supérieur et il m’a dit avec un sourire à la Stéphane Bern que je n’avais pas d’augmentation cette année. Il faut que je chante où je vais étrangler quelqu’un… »

Exemple 2: Clic « Je suis d’humeur super funky. J’ai enfin décroché un rendez-vous avec cette fille (ou ce gars, tu choisis). Et je marche avec entrain en sifflotant… »

 

La variante: l’enregistreur portable

Enregistreur portableEncore mieux.
Tu ne l’auras peut être pas tout le temps sur toi, mais l’avantage c’est que ton son sera de bien meilleure qualité.
Comme le dictaphone, il te servira aussi à enregistrer ta superbe voix.

Le gros plus: tu peux aussi capturer tous les sons que tu rencontres! Directement utilisables ensuite dans tes compos.
Si tu commences à y faire attention, ça peut devenir une excellente source d’inspiration.

Petit à petit, tu te construis ainsi une bibliothèque de samples à toi, libre de droits, que tu pourras réutiliser par la suite.

Le bruit de cette fontaine, du vent, de l’ambiance d’un bar, le fracas de deux sumos se jetant l’un contre l’autre, les claquettes de la personne qui marche en face de toi dans la jungle, etc.
C’est sans fin.

Ci-dessous des sortes de grillons enregistrés à Bali et utilisés sur le titre: « Good morning Bali! » (le sample apparait à 2:16)

 

Le carnet de notes

Avec, tu pourras faire des croquis, marquer tes idées de structure de morceau, de thème, écrire des paroles, bref.

Tout ce qui est prise de notes de manière visuelle.
Complémentaire et absolument indispensable.

 

 

Tes propres idées sont sauvegardées et t’attendent bien sagement au chaud?

On va maintenant enrichir encore plus ton stock de « matière première ».

 

2. Les idées des autres

On a vu plus haut qu’on était toujours inconsciemment influencé par la musique des autres.

Alors pourquoi ne pas y aller franco et le faire consciemment?
Pourquoi ne pas te servir des échantillons sonores crées et partagés par d’autres?

C’est un peu comme si tu récupérais des morceaux de carrelages inutilisés en fin de chantier.

Tu les brises en petits morceaux, les classes par couleur, et enfin les assembles de manière artistique pour en faire une jolie mozaïque!

C’est une technique très utile pour rajouter des sonorités dont tu ne maitrise pas l’instrument à tes morceaux.
Dans mon cas, c’est essentiellement des samples de: voix féminine, piano, percus, choeurs, instruments exotiques.

Un site incontournable

Pour ça, rendez-vous sur ce site référence pour les samples gratuits (clique sur le logo):

Looperman

  1. crée un compte avec mail et mot de passe, c’est gratuit
  2. met ce site dans tes favoris
  3. utilise la partie recherche de l’onglet « Loops & Samples » dans laquelle tu renseignes exactement ce que tu veux trouver.


Le tempo des samples est généralement indiqué (bpm: beat per minute). Et parfois on y voit également la tonalité, la gamme employée pour composer le sample. (ici tonalité/Key= D –> Ré majeur)

Tout est libre de droit. C’est à dire que tu peux les réutiliser librement pour tes morceaux.

Télécharge ceux qui te plaisent en utilisant le bouton « download » sur chaque sample.

De combien de samples tu as besoin?

Pour te donner une idée, j’ai crée 12 morceaux en ayant fait un stock d’à peu près 30 samples avant.

Tu n’as pas besoin de te constituer une énorme bibliothèque. Il vaut mieux au contraire en avoir le minimum.
Uniquement ceux qui te plaisent VRAIMENT.

Pour 3 raisons:

  1. ça prend beaucoup de temps d’écouter, télécharger et classer tous ces samples
  2. tu veux ensuite pouvoir trouver vite fait celui qui te plait quand t’es en mode composition, pour garder le « workflow ».
  3. moins tu as de possibilités, plus tu es créatif

Pas besoin de beaucoup de samples: Voici comment un minuscule échantillon de voix d’à peine 4 secondes peut devenir le centre d’intérêt de 2 morceaux complets:

I want you (apparition du sample à 00:34)

Selfie (apparition du sample à 1:30)

OK.
Tu as un fait ton stock de provisions pour ton prochain album?

Alors attaquons les choses sérieuses.
Car voici une technique terriblement efficace pour t’assoir à ton poste de composition avec la sérénité d’un moine Tibétain!

 

3. Des nains sur des épaules de géants

Oui, c’est nous les nains.
Et les géants, ce sont tous les grands artistes qui nous ont précédé.

Il y a énormément à apprendre de nos idoles.
Je pense même que c’est la voie royale pour progresser et te frayer ta propre route, ton propre son.

On va donc faire une analyse de morceau que t’aimes bien.
Mais pas dans le genre analyse relou et poussée digne d’un labo musicologique.

Ici, point besoin de t’y connaître en solfège!

Tout ce qu’il te faut, c’est :

  • 2 oreilles
  • un coeur
  • de quoi noter

1) Choisis un morceau qui te fait vibrer et que tu adorerais avoir composé toi même.

2) Ecoute-le ensuite attentivement 4 fois.  A chaque écoute,  focalise toute ton attention sur un des détails suivants et prends des notes:

  • Structure
  • Arrangement
  • Harmonie
  • Mélodies

Structure
Quelles sont les grandes parties de ton morceau? Et quel ressenti t’emmène chacune?

Arrangement
Quels instruments sont utilisés? Quel rôle joue chacun?
Exemples de rôles: lead, accompagnement, rythme, basse, riff, nappe, apparition ponctuelle, etc.

Harmonie
Les différentes suites d’accords se font sur combien de mesures? (retrouves les accords si tu peux)

Mélodies
Comment tu qualifierai les différentes mélodies du morceau? (courte/longue, rapide/lente, minimaliste/chargée, répétitive/variée, etc.) Quel ressenti t’emmènent t-elles?

Analyses de morceaux

Rien d’insurmontable.
Et c’est fait en moins de 20mn. (4 écoutes)

Fais-le absolument. Donne toi ce coup de pouce.
Ces notes seront une de tes plus précieuse source d’inspiration.
(On verra comment s’en servir plus en détail au prochain chapitre ci-dessous)

Si tu n’as vraiment, vraiment pas le temps, tu peux aussi faire une analyse minimaliste de ton morceau. Juste structure et suite d’accords, comme proposé par Martin du site guitare-improvisation.com.

Pour de la composition, je t’encourage quand même à faire des analyses complètes le plus souvent possible.

En résumé

Tu as donc a ta disposition:

  • des captures de tes propres idées
  • une mini bibliothèque de samples
  • des analyses de tes morceaux préférés

Bien!
Ton rendez-vous avec l’inspiration est à deux doigts de parfaitement se concrétiser à présent.
Il te manque juste un dernier quelque chose.

Tu as le fuel pour avancer.

Ajoutons-y l’étincelle. Le déclencheur qui va te propulser à fond la composition!

 

Etape 3: Le plan de route

Avant de foncer tête baissée dans le cockpit de ton Home-studio, prends le temps de bien déterminer ce que tu veux faire de ta compo.
Sinon, même avec le plus gigantesque stock d’idées, tu encours toujours le risque de tourner en rond.

1. Où tu veux aller

Ta musique est faite pour être écoutée.
C’est évident, je sais.
Mais pas tant que ça.

L’erreur commune qu’on fait tous au début, c’est de se dire que l’inspiration va nous guider et qu’on verra bien où ça nous mènera, sans y réfléchir plus que ça.

Hors derrière ta musique, il y a un auditeur. Tu ne composes pas sans but. Tu composes pour lui, pour elle, pour nous.
C’est toi le compositeur. Il faut que tu te poses la question de ce que tu veux nous transmettre.

Pour 2 raisons:

  • c’est pour ça qu’on écoutera (ou pas) ta musique
  • ça t’aidera énormément à démarrer ta composition, en lui donnant un but.

Voici 3 choses à nous transmettre.

Une émotion

Nous faire fondre en larme? ou au contraire nous rendre joyeux? mélancolique? en colère?
Joue avec nos émotions, on n’attend que ça.

La musique est d’une puissance inouïe pour faire varier l’humeur des gens. Tu peux impacter nos mornes existences, nous apporter un petit rayon de soleil pour la journée ou une introspection nostalgique digne d’un dimanche pluvieux.

Plus tu toucheras nos émotions, plus on appuiera à nouveau sur play.

Une énergie

Pense aux milliers de personnes qui sautent en même temps dans un concert, aux infra basses qui te font gigoter les moindres de tes cellules, à la violence surpuissante apportée par le métal et au « groovy style » que tu adoptes en écoutant de la musique funky.

L’énergie véhiculée par un morceau peut autant t’électriser que t’apaiser. C’est puissant, là encore. Et là aussi, c’est toi le maître du jeu.

Un message

Il peut prendre la forme de chant, de juste quelques samples de voix ou carrément uniquement de l’instrumental (le seul titre peut alors renseigner l’auditeur sur ton message).
Quelque chose te révolte? une histoire à nous raconter? un message teinté d’humour alors?

Il y a plein de raisons de vouloir faire passer un message. A toi de trouver les tiennes.
La musique est un excellent véhicule de communication.

Définis ce que tu veux exprimer, là où tu veux nous emmener. Et note-le.

C’est un préambule indispensable à la composition, comme le dit si bien Alex de composersamusique.fr dans cet article:

Citation Alex (composersamusique.fr)

Maintenant que tu sais où tu veux aller, il ne te reste plus qu’à définir quel parcours tu vas emprunter.

2. Comment t’y rendre

C’est ici qu’on va utiliser les analyses de tes morceaux favoris.

Sers-toi en pour déterminer quel serait le meilleur moyen d’exprimer le message de ta propre composition:

  • Quelle structure irait le mieux?
  • Quels instruments?
  • Quel style de suite d’accords?
  • Quel type de mélodie?

Inspire toi de la suite d’accords de tel morceau, des sonorités de tel autre, de cette structure, etc.
Note tout.

Ainsi: tu te définis un véritable plan de route pour ta composition.

C’est sur cette trame que tu ajouteras tes propres idées et les samples que tu as glané dans ta phase de préparation lorsque tu commenceras à composer ton morceau.

J’ai par exemple emprunté la suite d’accords de Vincha – Retour à Paname que je trouvais superbe pour mon morceau « Pisces to Aquarius ».

Suite d’accords à 3:30

Suite d’accord à 1:52:


En résumé

Le préalable nécessaire pour t’assoir sereinement à ton poste et composer de manière inspirée, c’est:

  • un bon état d’esprit, ouvert et décomplexé
  • un stock d’idées variées, terreau fertile à l’inspiration
  • un plan de route clair pour foncer droit au but

Te voilà maintenant prêt à composer et fréquenter Dame Inspiration de manière régulière et intime.

Mais avant de te lancer dans la composition, j’ai juste un dernier conseil pour toi.

 

A toi de jouer

Maintenant, tu as le choix.

Tu peux continuer à te précipiter sur tes jouets MAO et perdre ton temps en séances contre-productives.

Ou mettre en application ces conseils et changer radicalement ta manière de trouver l’inspiration pour démarrer rapidement tes compos.

Tu es arrivé au bout de ce long post. C’est pas rien.
Il y a de grandes chances que tu fasses partie de ceux qui mettront réellement cette méthode en pratique.

C’est à toi de voir.

Si faire ce petit effort te permettait de composer ton 1er album d’ici quelques mois, tu le ferai non?

Et que ressentirais tu devant l’enthousiasme d’un auditeur qui a littéralement été transporté par ton dernier morceau, exactement comme tu l’avais prévu dans ton plan de route de composition?

C’est un sentiment merveilleux. Et tu en es tout a fait capable.

Avec un minimum de motivation, tu y arriveras, c’est certain.

Crée juste pour créer.
Crée en y mettant toute ton âme.
Crée et partage ensuite ton oeuvre avec le monde.

Bonne inspiration.

 


Cet article t’a plu?

Tu as des questions, remarques ou d’autres astuces de composition?

Fais nous tes retours en commentaires. Ta contribution pourra être utile à d’autres compositeurs.

Julien Moulinié
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique, de l'idée au CD.

Click Here to Leave a Comment Below 7 comments
Marie-Cécile

Merci Julien pour ces précieux conseils !
Je te rejoins totalement dans le fait de se décomplexer et de lâcher les idées reçues sur la créativité, et notamment celle que l’idée créative vient comme ça, sans aucune influence de notre histoire d’écoute de musiques, ou facilement sans travail.
Oui nous ne sommes pas des génies comme Mozart ou Freddie Mercury, mais qu’importe ! La musique est a tout le monde. Elle fait partie intégrante de tout être humain vivant sur cette terre. Alors lançons-nous sans complexe !

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Marie-Cécile, comme tu dis, tout le monde est capable de créer de la musique.
    Il ne faut surtout pas hésiter à se lancer!
    Un ami a fait sa 1ere composition après seulement 2 mois de pratique de la guitare.
    Et à côté de ça, d’autres peuvent être allés au conservatoire pendant des années et ne pas se sentir capable de créer.
    C’est trop dommage… on sait déjà être créatif depuis petit. Faut juste réapprendre

    Reply
Céline de la-musique-et-vous.com

Merci Julien pour toutes ces astuces. Malheureusement, on a cet héritage du XIXème qui nous fait croire que l’inspiration est un don qui tombe du ciel seulement sur quelques génies et que, si on n’a pas composé sa première sonate à 6 ans comme Mozart, on n’est bon à rien !
Mais grâce à des blogs comme le tien, on a des outils très pratiques pour s’y mettre, même si on n’a pas fait d’études musicales poussées. Doit-on s’empêcher de parler ou d’écrire des textes parce qu’on n’a pas la virtuosité de Balzac ou de Victor Hugo ? Non. Et ça devrait être pareil avec la musique !

Reply
    Julien Moulinié

    Merci Céline, tout à fait d’accord avec toi. D’ailleurs tous les grands sont aussi passés par la case débutant.
    Je crois qu’on vit une époque où la composition musicale va progressivement devenir aussi accessible que sa cousine: la photographie.

    Avant, tu devais être pris en photo par un professionnel qui travaillait dans son studio, puis ensuite sont venus les premiers appareils analogiques grand public, puis la photo numérique, puis la photo directement depuis son smartphone.
    La même révolution est en marche pour la composition musicale.
    Et on peut aujourd’hui déjà composer avec son smartphone…

    Reply
Bruno

« Accepte que ta musique ait des influences externes »

J’approuve ceci à 100%! Quand j’ai lu « Voler comme un artiste » de Austin Kleon, ça disait que « Rien n’est original ». Mais de façon plus détaillée, rien n’est crée d’à partir de rien. Chaque chose a une influence directe ou indirecte. C’est très loin d’être du plagiat!

Mais le reste j’approuve que l’analyse des morceaux et écouter sa spontanéité sont d’excellents moyens pour s’inspirer! J’en suis témoin! 🙂

Reply
Mes 10+1 pires erreurs au Home Studio (et comment tu peux les éviter)

[…] bien beau d’avoir une idée. Mais j’aurais dû prendre le temps de savoir où j’allais, même de manière très […]

Reply

Leave a Reply:

10 Partages
Partagez10
Tweetez