10

Mes 10+1 pires erreurs au Home Studio (et comment tu peux les éviter)

Mes 10+1 pires erreurs au Home Studio (et comment tu peux les éviter)Quand tu regardes le nombre de choses à apprendre au Home Studio, je suis quasiment certain que tu te sens profondément découragé.

Composer.
Enregistrer.
Arranger.
Mixer.
Masteriser.

Autant de métiers, de compétences à acquérir pour produire tes musiques.
C’est chaud.

Alors tu entrecoupes la création de tes morceaux de tutos Youtube pour chercher de l’aide.
Tu essaie. Tu échoues. Tu piétines. Tu râles.

Résultat?

Un morceau te prend des plombes à terminer.

Et une fois fini, quand tu le compares aux productions professionnelles, tu déprimes.
Ça sonne moins fort. Moins clair. Moins beau.

Je sais, c’est très frustrant.

Le plus grave?
C’est qu’à force, le lent poison du doute et du découragement va s’installer comme un ver solitaire. Inévitable. Implacable.
Le tombeau des Home-studistes.

Mais tu veux que je te dise un secret?
Tous les producteurs indépendants et artistes solo ont foiré pareil que toi au début. Eux aussi ont fait de la daube. Aah, ils ne s’en vantent pas, c’est sûr. Mais ils sont tous passés par ce terrain miné de l’échec.

Comment je le sais?

Parce qu’avant de savoir créer une musique en 12 heures, j’ai ramé sans finir une seule musique pendant 12 ans. Parce qu’avant d’arriver à faire un morceau qui ressemble à quelque chose, j’en ai foiré des dizaines et des dizaines d’autres.

J’ai commis des erreurs fatales. Perdu des mois, des années. Je me suis planté un nombre incalculable de fois. J’ai douté et failli tout abandonner, comme toi.

Je fais cet article pour te confier mes plus grosses erreurs au Home-Studio. Afin que tu puisses les éviter. Et surtout, pour que tu ne commences pas à croire que seuls les autres peuvent le faire. Toi aussi tu en es capable.

Voici mon best-of des pièges à éviter.

1. J’ai fait le plein de munitions, et j’ai tué mon workflow

Flashback.

J’avais le matos MAO, le logiciel et ma guitare. Ne manquait plus que samples et plugins pour compléter mon armada d’artiste solo.

J’envisage donc un week end de recherches pour me constituer un bon gros stock, comme un écureuil avant l’hiver.

« Plus j’aurai d’options, mieux je serai paré à toute éventualité pour créer ».

ERREUR.

C’est l’inverse.
Plus le choix est grand. Plus les décisions sont difficiles à prendre.

Au milieu d’une session, je me retrouvais à éplucher tous mes dossiers au lieu de créer et d’avancer. Pas foutu de choisir le meilleur son.

Un désastre niveau workflow.

La leçon:

J’aurais dû faire marche-arrière. Faire le vide dans mes sons et ne garder que ceux qui me plaisent VRAIMENT.

Moins tu as de choix. Plus vite tu prends tes décisions. Meilleur est ton workflow.

Le moment créatif est un instant précieux que tu dois absolument mettre à profit. C’est comme quand t’as chopé l’étoile et que Mario est invincible. C’est là qu’il faut foncer dans le tas.

Alors pour aller plus vite et finir tes musiques:
Limite tes options au strict minimum.

2. J’ai été perfectionniste, et je n’ai pas perdu QUE mon temps

Une idée.

Je l’entendais dans ma tête, cette déferlante d’ensemble de violons. Magistrale. Epique.

Sauf que… comment je fais pour les enregistrer ces violons?
Alors, je cherchais des plugins gratuits sur internet. Pendant des heures.

Et comme je ne trouvais rien de correct, je sortais la carte bleue.
Hop: un ensemble de samples de violons topissime.

Résultat?
30 ou 40E foutus en l’air…

Les grosses banques de samples super réalistes faisaient ramer mon ordinateur. Inutilisable.

Retour case départ. Des journées et des billets en moins. Et un goût amer de regret et de démotivation en travers de la gorge.

La leçon:

J’aurais du m’adapter avec ce que j’avais déjà sous la main.

Tu veux faire une recette de cuisine et il te manque un ingrédient?
Deux choix s’offrent à toi:

  1. tu abandonnes la recette et tu commandes une pizza
  2. tu remplaces l’ingrédient en question par un autre ingrédient et tu finis ta recette.

Cuisine ou musique, l’option 2 est de loin la meilleure:

  • tu finis un morceau de plus, que tu seras fier de faire écouter
  • tu fais preuve de créativité, d’originalité pour t’en sortir, même s’il te manque un élément
  • ton morceau aura une saveur particulière, unique

Ne blâme pas tes outils. Trouves plutôt une autre solution rapide avec les moyens à disposition. Tu économiseras du temps et de l’argent.

Il vaut mieux te dire « ça passe » et continuer ton morceau plutôt que de chercher la perfection et ne jamais finir.

3. J’ai honte de le dire, mais j’ai joué les artistes snobs super créatifs

Hola.
Mais cette suite d’accords a déjà été utilisée sur tel ou tel morceau… pas bon ça. Je peux trouver mieux.
Et BAM. On est parti pour 30mn de plus.

La peur d’être traité de copieur tu connais?
Bon, j’étais aussi surtout con et prétentieux. Mais je me soigne t’inquiète. Sauf peut-être pour la connerie.

Résultat?

Je cherchais à être un maximum original dans tout ce que je créais.
Des suites d’accords bizarres, des mélodies trop recherchées. De la bouillie hors-norme et peu accrocheuse.

A côté de ça, mon pote créait chansons sur chansons avec chacune 3, 4 accords déjà entendus des milliers de fois.
Simple. Efficace. Ça marchait très bien.

J’aurai du m’en inspirer au lieu de faire le malin.

La leçon:

Pas besoin de réinventer la roue à chaque fois et de se stresser la vie a propos du plagiat.

C’est un peu comme si un réalisateur de Western refusait d’utiliser les saloons aux portes battantes qui grincent, les rues désertes poussiéreuses et les bons vieux duels de cowboys uniquement parce que d’autres l’ont déjà fait avant lui.

Ce qui compte au final c’est ce que va ressentir l’auditeur. On s’en fout du reste.

Ta mélodie ou ta suite d’accords colle avec ce que tu veux exprimer?
Alors ne te soucie pas si ça a déjà été entendu ailleurs.
Au pire, tu peux faire quelques variations pour t’en démarquer si c’est vraiment gênant.

On a bien le très célèbre exemple des 4 accords qui ont été utilisés partout.
Aucun complexe.

Tu ne seras jamais 100% original, tant pis pour l’ego.

4. J’avais les mains dans le cambouis au lieu de les avoir sur le volant

Aaaah. On y est. L’erreur qui m’a coûté des années… et mon porte-monnaie.

Toujours la tête dans la catalogue pour changer de config: interface, DAW, contrôleur MIDI, etc.
« Peut-être qu’en changeant de matériel j’améliorerai mon workflow? »

Tss tss tss…
Non seulement ça ne résolvait rien du tout.

Pire. Je devais me réadapter au nouveau matériel à chaque fois. C’était pas de la musique que je faisais, c’était de la lecture. Mode d’emplois, tutos, forums d’entraide.

Un peu comme si un pilote passait son temps à réparer sa voiture au lieu de s’entrainer à conduire.

C’est un piège très commun. Méfie toi.
Et c’est facile de tomber dedans. On ne parle que de ça sur le net: matos, logiciel, plugins, matos, logiciel, plugins.
Attention. Danger.

La leçon:

J’ai perdu énormément de temps et d’argent, sans pour autant avoir une seule musique finie à faire écouter.
Et j’étais terriblement frustré.

C’est pour ça que j’ai écrit le « Kit de démarrage au Home-Studio ». Un condensé de tout ce que tu dois avoir et savoir pour te lancer: 5 pièces de matériel, un logiciel, savoir enregistrer une piste et mixer ton projet. Point barre.

T’es prêt à plier ton 1er morceau de A à Z.

Tu verras que la satisfaction sera infiniment plus grande que celle de collectionner du matos et des plugins.

Faire écouter ta musique à tes proches et ressentir la fière chaleur qui l’accompagne sera ta plus belle récompense.

Télécharge-le ici.

5. J’avançais à l’aveuglette, et je me suis bien planté

Pourquoi je défonçais les murs avec ma tête?

J’enregistrais ma super idée.
La faisait tourner en boucle pour ajouter des éléments.
Encore en boucle pour la réécouter.
Et encore en boucle pour essayer de lui trouver une suite.

Et puis…
Fatigué d’entendre le disque rayé de cette foutue idée.

PAM. Corbeille.

La leçon:

C’est bien beau d’avoir une idée. Mais j’aurais dû prendre le temps de savoir où j’allais, même de manière très vague.

Voici plusieurs idées de direction:

  • tu veux rendre l’auditeur zen, survolté, triste, joyeux, voir la peur dans ses yeux (pour les métalleux)
  • tu veux respecter la structure de tel morceau connu, donc il ne te reste plus qu’à trouver encore une partie « refrain » et une partie « pont »
  • tu veux te limiter et faire un morceau uniquement avec 16 samples

Trouve toi une règle, une direction générale à suivre.
Et tiens ce cap.
Sinon tu risques de tourner en boucle à en avoir la gerbe.

6. Je composais sans limites, et ça m’a limité

Je pensais que créer une musique prenait du temps.
Alors, quand j’en ai enfin terminé une en 3-4 mois, je trouvais cette durée normale.
Elle me sortait par les oreilles, mais j’étais content.

Le gros problème justement, c’est l’overdose. Très dur de tenir si longtemps sans se lasser. Essaie en écoutant ton morceau préféré tous les jours pendant juste une semaine. Il va te devenir aussi agréable que le crissement d’une craie sur un tableau.

Bon, cette fois-ci j’avais réussi à tenir si longtemps grâce au soutien de mon coach.
Mais avant ça, j’en avais abandonné des dizaines.
Ecoeuré.

La leçon:

J’ai bien compris qu’une compo a une durée de vie.

Son compte à rebours commence dès que tu joues sa 1ère note. Il faut ensuite finir tes morceaux rapidement: prendre des décisions et avancer. C’est une question de survie pour ton morceau.

Pour ça, fixe toi une deadline. Par exemple, le morceau doit être fini dans 2 semaines.

C’était la raison de mon défi: réussir à faire une musique en une semaine, tout en étant salarié.
Résultat? J’ai fini mes morceaux 10 fois plus vite.
ENORME.

Fixe toi une limite de temps. Tu seras surpris de tout ce que tu peux accomplir aussi rapidement.

7. Je reportais mes sessions au lendemain

La peur de l’échec.

Il y a un moment où j’étais comme une souris qui lorgne autour d’une tapette.

Envie de me mettre au Home-Studio. Mais l’idée de finir avec zéro résultat et le moral dans les chaussettes me rendait quelque peu hésitant.

Alors… Ninja.

Un petit goûter? Allez, juste quelques vidéos Youtube. Ou gratouiller l’acoustique, ça me démange. Tout pour retarder le moment où l’ordinateur allait me projeter en pleine face sa terrible « page blanche ».

Trop souvent, je finissais par esquiver lâchement.

La leçon:

Bon ok, j’en était arrivé à un bon niveau de traumatisme. Mais la solution était simple en fait:
Il fallait juste que je m’assoie et que je commence. Sans me mettre la pression.

Si tu te reconnais dans ce cas, mets-toi en place une routine. Tous les jours 30mn ou 1h au Home-studio à telle heure. Pose tes fesses et commence.

Oui, tu vas faire des erreurs.
J’ai constaté entre 30 et 50% de rejets dans mes créations.
Exemple: pour l’album Fall16, seulement 7 morceaux ont été sélectionnés sur 12.
Tu vois l’idée?

N’ai pas peur de faire de la daube. Tu en feras. Comme tu feras aussi des musiques de fou.

Produit de la musique régulièrement. Sans stress. Fais-toi plaisir.

8. Je voulais envoyer du lourd, et j’ai ruiné mes mixages

Hum. Il faut de la basse.
Encore plus de basse.
Les vitres vont éclater. Ok, juste un chouilla et j’arrête.

L’erreur que je faisais au début:
Morceau qui déchire = basse au taquet.

FAUX.

Morceau qui déchire = morceau équilibré.

  • Effet pervers n°1: Trop de basse rendait mes morceaux pâteux et flous.
  • Effet pervers n°2: les fréquences basses ayant une forte énergie, ça tapait rapidement dans le 0db, seuil maximum à ne pas franchir sous peine de grésillements numériques immondes.Spectre basse

Résultat?
J’étais obligé de baisser le volume général pour ne pas saturer. Mes morceaux sonnaient brouillon et moins fort que ceux des autres.

La leçon

Je me faisais avoir à chaque fois.
Comme un chien qui court après sa queue sans comprendre pourquoi il n’y arrive pas.

Evite donc d’avoir une trop grosse bosse sur les basses fréquences sur ta piste master. (entre 0Hz à 100Hz)
Pour ça:

  1. surveille les fréquences de la piste master en y plaçant un analyseur de spectre.
  2. ajuste le niveau des pistes des instruments graves et/ou compresses les. (basse, grosse caisse)

Ton son d’ensemble sera plus clair, plus équilibré et sonnera plus fort.

Et si tu veux de la puissance, cherche plutôt à faire un « tutti » comme ils disent en classique. C’est à dire, envoyer tout l’orchestre sur un passage du morceau pour occuper la plus large bande de fréquence possible.

Là, ça décoiffe Mémé.

9. Je jugeais mes musiques trop vite et trop mal

Faire la composition, l’enregistrement et le mixage tout seul n’est vraiment pas évident.

Tu restes dans ton propre bouillon. T’as pas le recul pour juger si ta musique est bien ou pas.

Le risque? Abandonner un morceau qui a un potentiel dément.

J’ai souvent fais cette erreur.
Encore un autre piège assassin à éviter.

La leçon:

Ce qui a changé? Je me suis forcé à finir. Même quand j’y croyais plus.

Si un morceau te saoule en cours de production: laisse reposer 1 jour.
Réécoute le ensuite, note ses défauts et finis-le rapidement.

Le surlendemain redécouvre-le les oreilles fraiches. Tu aura souvent de très belles surprises.
Il n’y a que là que tu verras si c’est bon ou pas.

Fini tes morceaux. Laisse reposer. Juge.

10. Je cherchais la complexité pour épater la galerie

Mea culpa.

Je voulais vous en mettre plein les oreilles.
Je voulais que mes pairs, mes amis compositeurs, admirent la complexité de cathédrale de mes magnifiques oeuvres.

Et c’était tout pourri. Enfin, pour les rares morceaux terminés…

La leçon:

La technique et la théorie musicale sont des outils.
J’aurais jamais dû les faire passer avant la musique elle-même.
Ok. Un bon tournevis aide le bricoleur. Mais au final c’est son oeuvre qu’on va admirer.

Pense simple.
Mélodies simples. Suite d’accords basiques. Peu de pistes. Chaque instrument à son rôle. Pas de superflux.
Et surtout, surtout, concentre toi sur ce que tu veux transmettre à ton auditeur.

Pour toi, c’est bien plus facile à composer, enregistrer et mixer.
Pour nous autres, ce sera bien plus agréable à écouter. Que des avantages.

Pense simple.

11. Je croyais que les autres étaient meilleurs

« Je ne chante pas. Je ne sais pas faire de piano. Uniquement de la guitare.
J’arriverai jamais à faire un morceau complet.

Les artistes solo sont des gens bourrés de talent. Multi instrumentistes, chanteurs, inspirés, bons en technique, blabla.

Bien meilleurs que moi. »

Hey Calimero. Arrête de suite.

  1. Les autres ont aussi galéré au début.
  2. Les autres ne sont pas forcément tous chanteurs.

Alors bouge toi Julien.

La leçon:

Ça servait à rien de me répéter tout ça.
Et c’est grâce à mon coach que j’ai pu finir mon 1er morceau et me libérer de ces pensées négatives.

Maintenant, je fais de la musique instrumentale avec beaucoup de guitares et ça me plait beaucoup.

Crois en toi.
N’importe quel musicien peut mettre en boite ses idées et faire des morceaux qui déchirent.
Chacun a ses atouts. Chacun a sa vision du monde. Chacun est unique.

Trouve ta manière d’exprimer ta musique avec tes propres talents.

Tu vas y arriver

Alors tu vois bien?

J’ai fait un bon paquet de conneries. Plein d’essais et erreurs avant d’arriver à créer mon 1er morceau tout seul.

Et je suis certain que tous les artistes solo qui produisent leur musique sont aussi passés par là.
Ils ont commis les mêmes erreurs.

L’essentiel c’est de persévérer, d’être bien conseillé et bien entouré.

Comme disait notre vieil ami:

La seule manière d’échouer, c’est d’abandonner avant d’avoir réussi.
– Boudha

Tu peux te vautrer et rester à pleurer par terre, ou remonter sur le vélo pour avancer. Au choix.
Il n’y a pas de mal à faire des erreurs. Ça s’appelle apprendre.

Ah oui. Dernier conseil.
Ne te blâme pas si tu t’es reconnu dans cette liste.

Un jour tu regarderas tes échecs passés avec le sourire. Et tu seras fier d’avoir accompli tout ce chemin vers le succès.

 


Tu te reconnais dans ces erreurs? tu as un point de vue différent?

Partage-nous tes expériences dans les commentaires ci-dessous. Ce sera très utile pour tous.

Julien Moulinié
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique, de l'idée au CD.

Click Here to Leave a Comment Below 10 comments
131 Partages
Partagez131
Tweetez