L’incroyable manière de composer une musique de Michael Jackson

181 Partages
Image titre: Article "l'incroyable manière de composer une musique de Michael Jackson"

Tu aimerais trouver la manière la plus rapide de traduire les sons que tu entends dans ta tête?

Donner vie à tes idées et les sortir directement de tes enceintes?

Le souci quand on veut composer une musique, c’est qu’on perd souvent beaucoup de temps:

  • sur logiciel
  • sur instruments
  • dans nos banques de sons

Résultat? On finit par oublier des idées de musiques à fort potentiel. C’est rageant.

Alors dans cet article, tu vas découvrir une manière très étonnante qu’avait le Roi de la Pop pour traduire ses idées en musique.

Efficace. Rapide.

Une stratégie originale qui risque bien de te faire voir la composition musicale sous un autre angle.

La meilleure éducation au monde est de regarder les Maîtres à l’oeuvre

Michael Jackson

Petites précisions avant de commencer

1) Je ne je ne suis ni un spécialiste ni un gros fan absolu de Michael Jackson.

J’aime ce qu’il fait. Je me tortille sur place à chaque fois que j’entends ses plus gros tubes.

Et comme beaucoup, je voue un profond respect à son talent, même si ce n’est pas le style de musique que je compose.

(cela dit, je ne serais pas prêt à échanger mes économies contre un flacon de sueur du Roi de la pop…)

2) Mes sources sont limitées

Je me suis penché sur son cas un peu au hasard je t’avoue. Au grès des recommendations Facebook ou Youtube.

Mais le 1er truc qui m’a frappé lorsque j’ai voulu faire des recherches plus poussées, c’est la rareté des informations sur sa manière de composer.

En fait, c’est très étonnant qu’avec autant de tubes créés depuis des décennies, si peu de journalistes aient eu l’idée de lui poser la question de comment il s’y prenait.

Car oui.

Il composait ses musiques.

Et pas qu’un peu…

Un artiste complet et prolifique

Je l’ignorais totalement, mais Michael Jackson participait très activement à la création de ses morceaux.

Il en écrivait les paroles, mais était aussi à la base de la composition pour la plupart.

Des tubes comme Beat it, Billy jean ou encore Earth song. Tous sont sortis de son esprit.

En tout, il a écrit et composé plus de 150 titres.

En voici la liste:

Category:Songs written by Michael Jackson – Wikipedia

https://www.songhall.org/profile/Michael_Jackson

Respect.

Et pourtant…

Michael Jackson ne savait ni lire, ni écrire la musique.

Il pouvait jouer certains instruments, comme le piano, la guitare ou la batterie, mais pas de manière très poussée.

Pour la plupart des morceaux, il expliquait sa composition notes par notes à des musiciens de studio, qui eux les interprétaient ensuite.

Ça ne te semble pas hallucinant ça?

C’est comme si tu dictais à un peintre chaque coup de pinceau qu’il devra donner… « Alors là tu fais un grand rond, puis deux petits ronds, une croix, et là… t’obtiens la tête à Toto! »

C’est en tout cas ce dont témoigne Rob Hoffman, ingénieur du son ayant bossé avec Michael sur l’album History.

« Un matin, MJ est arrivé avec une nouvelle chanson qu’il avait écrite pendant la nuit. Nous avons appelé un guitariste et Michael lui a chanté chaque note de chaque accord. ‘Voici le premier accord, la première note, la deuxième note, la troisième note. Voici la première note du second accord, la deuxième note, la troisième note, etc.’»

– Rob Hoffman

Alors la question, c’est : comment s’y prenait-t-il ?

Comment faisait-il pour mettre les idées qu’il avait dans sa tête en musique sans aucun moyen de l’écrire, ni de la relire?

Son étonnante manière de composer une musique

Michael Jackson avait très souvent un magnétophone sur lui. (sauf quand il se déhanchait comme un démon sur scène, bien sûr)

Et il y enregistrait toutes ses compositions… en utilisant sa voix.

Juste sa voix.

Rythme, basse, mélodie, harmonies. Tout était enregistré en chantant ou en faisant du beatbox (batterie avec les sons de la bouche).

Je te laisse d’ailleurs admirer ses talents de beatboxer dans cet interview de Diane Sawyer, en 1995:

Mais le plus impressionnant, ce sont ses démos complètes enregistrées en multi-piste sur son magnéto.

Voici l’exemple bluffant du méga-tube beat it:

C’est étonnant avec quelle précision il arrivait à faire prendre vie à ses morceaux juste avec sa voix.

Tu as clairement toute la composition et l’arrangement.

Tout est là…

«Il nous chantait un arrangement de cordes entier, chaque partie. […] Tout était dans sa tête, l’harmonie et tout. Pas seulement de petites idées de boucles à huit mesures. Il pouvait chanter en fait tout l’arrangement complet dans un enregistreur micro-cassette, avec des break et des relances. »

– Rob Hoffman.

Une compétence incroyable.

Sa méthode plus en détail

Voici des extraits de son procès de 1994 (concernant l’accusation de plagiat qu’il a essuyé pour son morceau Dangerous), dans lequel il explique à la court comment il s’y prenait pour composer.

« Les paroles, les ensembles de violons, les accords, tout vient sur le moment comme un cadeau qui vous est mis dans la tête, c’est comme ça que je l’entends »

« Je vais juste chanter la partie basse dans le magnétophone. Je vais prendre ce riff de basse et mettre les accords de la mélodie sur le riff de basse et c’est ce qui inspire la mélodie »

Michael Jackson

Si tu parles on comprend l’anglais, je te laisse la vidéo entière d’où sont tirées ces citations.

Rem: C’est d’ailleurs drôle qu’il ait fallu attendre un procès pour que quelqu’un lui poses enfin la question de comment il s’y prenait pour créer ses morceaux.

Autre fait intéressant: il travaillait souvent sur 5 compositions à la fois.

Une bonne option pour ne pas se lasser d’un morceau et se rafraichir les oreilles.

Voici maintenant 3 manières de t’en inspirer

Si tu bloques en plein milieu d’une composition

Si pour toi, il est difficile de sortir d’une boucle et de développer tout un morceau. Peut-être que tu pourrais t’inspirer de la manière de faire de Michael.

Avec, tu peux créer une démo multi-piste complète à partir de tes idées: bruitages, batterie, basse, mélodies. (même si tu ne chantes pas très bien)

L’objectif ici, c’est que tu aies un premier brouillon complet de ce que sera ton futur morceau.

Il te servira ensuite de guide pour aller au bout de tes oeuvres, sans bloquer à l’infini sur une boucle.

Si tu oublies tes idées

Ton souci, c’est de figer tes idées avant qu’elles ne s’évaporent dans la nature? Utilise la fonction dictaphone de ton smartphone.

Ou télécharge une des applications pour enregistrer en multi-piste dessus. Sur iOS, tu as bien sûr GarageBand, fournit gratuitement. Sur Android, tu as d’autres solutions gratuites, dont une qui y ressemble beaucoup: Walk band.

Tu seras ainsi toujours prêt à recevoir Dame inspiration lorsqu’elle pointera le bout de son nez.

Si tu cherches un moyen rapide de traduire tes idées

Utilise ta voix.

C’est le moyen le plus direct de traduire tes pensées.

Tu ne seras plus bridé par les différentes sonorités que tu peux trouver dans ton logiciel séquenceur ou tes limites techniques sur ton instrument.

Tu éviteras ainsi de galérer à reproduire ce que tu entends dans ta tête avec tes outils.

  1. Traduis tes idées les plus folles du mieux que tu peux avec ta voix.
  2. Cherche ensuite comment leur donner vie. Au calme.

Un talent qui pousse à l’inspiration

Alors peut-être qu’à ton tour, tu viens de découvrir à travers cet article l’incroyable processus qu’avait Michael Jackson pour composer une musique.

Ici l’idée n’est pas de copier-coller sa manière de faire. Car nous ne sommes pas tous d’excellent chanteurs comme lui.

Moi le premier… 🙂

L’idée c’est de s’en inspirer et de l’intégrer dans ton workflow. De trouver du bon à prendre dans cette approche.

Alors, n’aie pas peur de pousser la chansonnette devant ton enregistreur, qu’il soit mono piste au multi-pistes.

Déjà, parce que ces enregistrements ne concernent que toi. (Tu les écouteras en secret, loin des oreilles indiscrètes)

Mais surtout, parce que c’est une aide inestimable pour créer l’ébauche de ton morceau très rapidement.

Alors n’hésite pas. Teste-le.

  1. Ecoute la musique dans ta tête.
  2. Presse « record »
  3. Laisse parler tes idées à travers tes cordes vocales.

(Et tu peux même faire un moonwalk en même temps, si t’es chaud)

Maintenant, dis moi tout…

Tu savais que Michael créait ses musiques comme ça?

Comment tu penses t’en inspirer dans ta manière de faire?

—> Répond-moi ci-dessous dans les commentaire, j’aurais moins l’impression de parler tout seul 😉

Julien.


Source principale (en anglais): The Incredible Way Michael Jackson Wrote Music | NME

181 Partages
Julien Moulinié-Chaumel
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique.

Click Here to Leave a Comment Below 14 comments
Mike

Merci pour cet article !
Énorme la demo ! Je pense me servir de cette méthode à l’avenir, d’ailleurs le producer/rappeur Timbaland utilise également cette technique ainsi que de nombreux artistes.
Elle a fait ses preuves !

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Ah super, je ne savais pas pour Timbaland!
    Merci pour le complément d’info

    Reply
Pascal

Incredible, bluffant et passionnant.
En fait, j’ai déjà cette méthode pour les solos de guitare où je manque d’originalité : je le chante, le relève puis l’enrichit « guitaristiquement » (la technique propre de l’instrument qui en général vient toute seule).
Pour le multipiste, j’essaie dès aujourd’hui mais j’ai la trouille pour l’harmonie : à défaut d’avoir une voix, il me manque aussi l’oreille !
Amitiés musicales
Pascal Galland

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Oui, je fais pareil aussi quand je ne trouve pas de mélodie à la guitare.
    Chanter d’abord permet souvent de trouver une ligne plutôt simple et efficace.
    Pour l’harmonie, là faut être bon chanteur, onest d’accord.
    mais si tu enregistres déjà la basse et la mélodie principale à la voix, tu pourras facilement en déduire les accords sur instrument plus tard.
    Merci et bon test de la méthode Pascal 😉

    Reply
Samuel

Ah oui!
Merci bcp Julien pour ton article très inspirant !
Ce qui est drôle pour moi: à mon jeune âge, c’était exactement ma manière de faire, alors que j’avais pas encore eu de formation musicale académique. Et j’ai laissé cette manière en m’appuyant sur mes connaissances…
Je t’avoue que depuis, ça passe de moins en moins bien et en continue … et le pire, je continue à chercher d’autres manières de faire , ce qui ne fait que m’enfoncer d’avantage…
Tu ne pourras jamais imaginer qu’elle bienfait que tu m’apportes ce matin avec ton article de recherche!
Infiniment merci

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Belle anecdote, merci pour ton partage Samuel!
    Content de t’avoir rappelé cette méthode

    Reply
nessy

coucou ! pour moi cette méthode ne m’étonne pas vraiment car j’ai toujours fonctionné de la sorte. Surtout quand parfois l’inspiration arrive à des moments où on est pas disposé à faire de la musique dans l’immédiat (dans la rue par exemple). Nous avons cette fonctionnalité d’enregistrement sur nos téléphones de nos jours et elle m’est bien utile pour pas que l’inspiration s’envole à jamais!

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Salut Nessy
    J’utilise aussi le dictaphone comme mémo.
    Ici, ce qui m’a frappé c’est que MJ fait carrément une démo entière toute complète à la voix
    harmonies, mélodies, basse, rythme.
    Mais oui, enregistrer quelques idées en « monopiste » sur son smartphone, c’est déja une grosse avancée pour mémoriser de futures pépites

    Reply
      nessy

      Yes c’est sûr! en tout cas merci pour ton article c’était cool 🙂

      Reply
          Dangelo

          Bonjour Julien,

          J’apprécie beaucoup ton travail
          Notamment celui concernant le midi.
          Sur ce point j’aimerais savoir si le moog grandmother monophonique peut être utiliser comme clavier maître pour pouvoir utiliser des vst instruments et dans l’affirmative ces derniers seront t’ils jouer en polyphonie si je joue un accord ?

          Merci d’avance pour ton aide

          Dangelo L

          Reply
          Julien Moulinié-Chaumel

          Salut, merci pour tes encouragements!
          Oui, le Moog a une sortie USB pouvant véhiculer des infos MIDI.
          Tu devrais pouvoir contrôler avec n’importe quel vsti. Monophonique ou polyphonique.

          Reply
Isaac

Merci je ne savais pas que MJ ne savait pas ni lire ni écrire la musique. Je suis super étonné si l’info est vrai. Arrivé à ce niveau comment n’avoir pas le temps d’apprendre du solfège. C’est pas du tout difficile.
C’est pourquoi je suis très surpris de cette infos.
Chaque compositeur a son astuce et ses trucs pour composer.
Je sais lire et écrire la musique mais j’ai utilisé le dictaphone pour composer maintenant c’est à l’ordinateur beaucoup plus précis. Au piano je fais un ensemble d’accord et je commence à chanter directement dans le micro sur un piste à l’ordi. Couplet puis refrain. Je crée un ligne de basse qui va avec la mélodie puis j’attaque les drums ensuite.
Avec l’expérience et les son que j’ai sur l’ordi j’arrive très à créer quelque chose.
Après je répétè je pro fine ça prend un peu du temps.
Mais je pense qu’il faut se faire aidé par un pro pour vraiment arrivé à un morceau abouti. Trop de compositeur compose des morceaux non aboutis. MJ avait une armada d’ingénieur pourri de talent qui pouvait l’aider à finir un morceaux. MJ savait s’entourer avec les meilleurs. Il faut faire pareil. Faire revoir sa copie par une personne extérieur dont c’est le métier pour avancer.

Reply
    Julien Moulinié-Chaumel

    Oui, j’avais été surpris de l’apprendre concernant l’écriture de Michael.
    Moi aussi je fais un peu à l’impro et la voix, comme toi.
    Mais là, la manière de Michael était quand même remarquable.
    Et ça rend très propre.
    Après, je suis d’accord, une oreille extérieure avisée est toujours un énorme plus.
    Merci pour ton partage d’expérience Isaac!

    Reply

Leave a Reply: