4

Une astuce pour apporter un grain analogique à ta musique

Vieux PolaroïdeLa musique numérique a souvent la réputation de sonner « froid », contrairement aux musiques de l’ère du « tout analogique » que l’on trouvait bien plus chaleureuses.

Voici une petite astuce, très simple pour donner du caractère et de la vie à tes œuvres digitales.

La loi du silence

Quand on regarde nos compositions sur nos logiciels séquenceurs, on voit plein de blocs, les uns à la suite des autres et, entre ces blocs, parfois, le silence. Totalement vide et parfait: le silence à la propreté clinique du numérique!

Sauf que… ferme-les yeux un instant et écoute…
Même si tu es dans un endroit désert et parfaitement calme, tu entendras toujours un bruit de fond.

Même au milieu du Sahara ou dans une grotte de l’Himalaya, tu n’auras jamais le silence parfait.

 

Le silence absolu n’est pas naturel

Si tu as déjà eu la chance de te balader dans une salle « sourde », traitée pour absorber tous les bruits, tu pourras également témoigner de la gène que cela procure. J’en avais fait l’expérience à Paris dans une exposition dédiée au son. Je ne suis pas resté longtemps dans cette salle, l’impression est oppressante.

C’est un peu ce qui se passe avec le numérique: son silence est trop parfait pour être naturel!

 

Briser le silence

Alors, tu as peut être déjà une idée d’où je veux en venir…
Pourquoi ne pas lier tous nos blocs MIDI et Audio numérique avec un bruit de fond bien analogique?
Que ce soit des crépitements de vinyle, un ronronnement d’ampli, un bruit de radio, peu importe…
Ne jamais laisser de vide absolu!

Je sais que ça peut paraître choquant. Rajouter du bruit??!!
Oui, mais à très faible dose: un léger fond sonore continu.

Vinyle rayé

En pratique

  1. Télécharge ou enregistre le bruit de fond de ton choix
  2. Place-le sur une piste audio dédiée de ton logiciel séquenceur
  3. Copie/colle l’élément audio X fois sur toute la durée du morceau
  4. Ajuste son niveau sonore sur un passage sans musique

Dans la majorité des cas, je pense que le bruit de fond ne doit pas s’entendre.
A part pour certains cas de figure plus artistiques, on doit juste très légèrement le remarquer sur les passages silencieux.

Perso, j’aime bien le faire avec des sons de crépitements / souffles de vinyles ou de ronronnement d’ampli guitare.
Mais je suis sûr que tu trouveras plein d’autres sons originaux à tester: sons de la nature, appareils électriques, etc.
Il faut juste qu’il soit un minimum constant.


 

Pour ta prochaine composition, je te propose d’essayer cette astuce très simple à mettre en œuvre et de revenir nous faire part de tes impressions.
En attendant, bon et chaleureux silence entrecoupé de musique à toi!

Rejoins-nous sur ma page Facebook:

Crédit photo: Luciano Tsiros, Janaina C. Falkiewicz.

 

Julien Moulinié
 

Musicien passionné par l'univers Home-studio, Julien doit encore être en train de rassembler ses idées pour écrire des articles bien détaillés. Et tout ça avec un seul but: t'aider à créer dès maintenant ta propre musique, de l'idée au CD.

Click Here to Leave a Comment Below 4 comments
2 Partages
Partagez2
Tweetez